Kabbale chrétienne : une voie spirituelle ?

Plusieurs voies peuvent conduire à un niveau spirituel élevé.

Chaque religion dispose des mécanismes pour permettre aux adeptes d’accéder à cette dimension spirituelle.

La kabbale chrétienne, figure-t-elle sur la liste de ces voies spirituelles ? Éléments de réponse ici !

Kabbale chrétienne une voie spirituelle

La kabbale chrétienne : genèse et évolution

La genèse de la kabbale chrétienne remonte au 15e siècle.

Elle portait alors le nom de la kabbale juive et elle était le fruit des recherches de l’Église catholique.

Dès ses origines, la kabbale servait de levier pour le renforcement du christianisme.

Elle a connu ses heures de gloire jusqu’à la fin du 19ème siècle, parce qu’elle était alors fortement utilisée par les autorités ecclésiastiques.

Après cette période de fort accueil, la kabbale chrétienne a connu un certain déclin.

Cela est dû au judaïsme et à l’adoption de nouvelles approches ecclésiales de l’Écriture.

Par ailleurs, bien que ce concept ne soit plus aussi significatif qu’à ses débuts, plusieurs chrétiens catholiques fervents s’en servent encore aujourd’hui.

Pour ces derniers, c’est un puissant outil qui leur permet de nourrir leur vie spirituelle.

La kabbale chrétienne : en quoi consiste-t-elle ?

Parler de kabbale chrétienne, c’est faire recours à l’expression hébraïque, qui voulait dire à l’origine : « recevoir, accepter ».

Il s’agit d’une tradition basée sur un enseignement religieux.

La kabbale était depuis lors conduite par un cercle fermé de maîtres issus d’une lignée particulière et qui étaient alors inspirés par des révélations divines.

De plus, ils peuvent être porteurs d’un message éliaque ou reçu des anges.

Les kabbalistes voient en cet enseignement une tradition quand bien même elle présente plusieurs disparités.

Parfois, les doctrines véhiculées par ce concept peuvent même être contradictoires.

C’est pour cette raison que l’on parle de deux sous-ensembles de kabbale chrétienne : l’extatique et la théosophico-théurgique.

Cette dernière forme englobe deux sujets centraux : la théosophie et la théurgie.

La théosophie est une structure complexe liée à l’existence divine alors que la théurgie a trait à la manière dont on parvient à tirer une certaine harmonie du divin.

Pour y parvenir, les kabbalistes y travaillent de façon ritualiste et expérimentale.

En ce qui concerne la kabbale extatique, elle s’intéresse à l’expérience mystique de l’être humain.

Ce dernier est alors considéré en lui-même comme le bien suprême.

Le rôle que joue cet état mystique sur l’harmonie intérieure de la divinité n’a ici aucune importance.

En clair, la kabbale chrétienne extatique traite des techniques qui permettent à l’individu de s’unir au divin ou conduisent l’esprit à visiter son âme.

Elle emploi à cet effet, plusieurs techniques parmi lesquelles on peut citer : les exercices physiques et mentaux.

La visualisation revêt ici une importance de choix ainsi que le travail sur les noms divins.

Ainsi, la guématrie, la themourah et le notariqon sont les techniques employées pour cette forme de kabbale chrétienne.

Son explication est avant tout littérale.

La kabbale chrétienne : pour qui ?

Les catholiques ainsi que les protestants accordent une attention particulière à la kabbale chrétienne.

Dans le lot, on retient les savants, les théologiens et les pères de l’église.

L’intérêt qu’ils accordent à cette science vient de sa similitude avec le contenu du Nouveau Testament, ce texte sacré sur lequel repose la foi chrétienne.

En particulier, les traces de la kabbale se retrouvent dans le livre d’Apocalypse de Jean et dans les livres apocryphes.

Ces derniers sont des recommandations pour une lecture pieuse et utile.

Pour aller plus loin, le seul nom Kabbale est pour plusieurs hommes d’esprit, une source de terreur.

En définitive, faut-il parler de la kabbale chrétienne comme étant une voie spirituelle ? La réponse est sans équivoques, oui ! Toutefois, il s’agit avant tout d’un acte de foi.


Articles connexes :

Histoire du Dalaï Lama sur les hommes qui perdent la santé