Histoire du Dalaï Lama sur les hommes qui perdent la santé

Le Dalaï-Lama est une figure de proue du bouddhisme tibétain.

Ce chef spirituel appartient à la lignée de réincarnation tulkou.

Il est très respecté et ses paroles sont sacrées pour ses fidèles.

Histoire du Dalaï Lama sur les hommes qui perdent la santé

Le 14e Dalaï-Lama est probablement le dernier de sa lignée.

Tenzin Gyatso a vu le jour en 1935 et sa réponse à l’une des nombreuses questions qui lui sont posées est devenue une citation très célèbre.

Elle relate une histoire sur les hommes qui perdent la santé.

L’essence des dires du Dalaï-Lama

L’histoire nous raconte qu’un jour, quelqu’un se dirigea vers le Dalaï-Lama et lui demanda : qu’est-ce qui vous surprend le plus dans l’humanité ? Avec un air très posé, le chef spirituel lui répondit que ce sont les hommes qui le surprennent le plus dans l’humanité.

Il continua ainsi : « parce qu’ils perdent la santé pour gagner de l’argent, et puis, après, dépensent cet argent pour récupérer la santé.

À penser trop anxieusement au futur, ils en oublient le présent, à tel point qu’ils finissent par ne vivre ni au présent ni au futur.

Ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir, et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu ».

Cette affirmation du vieux sage prend tout son sens dans notre monde.

Les hommes perdent la santé pour gagner de l’argent

Un regard observateur sur notre société nous met en face de la réalité.

En effet, très peu de personnes ont actuellement du temps pour elles et pour les autres.

Presque tout le monde est occupé à vouloir se faire de l’argent.

Les salariés veulent toucher leur salaire à la fin du mois et les dirigeants n’ont que le chiffre d’affaires à réaliser à la fin de l’année en tête.

Le commerçant réfléchit à la manière dont il pourra améliorer ses services et vendre plus d’articles aux acheteurs.

Quant à ces derniers, ils consomment chaque jour un peu plus et veulent davantage d’argent pour mieux consommer encore.

Ils oublient finalement de prendre soin de leur corps et de leur mental en menant une activité physique et en mangeant sainement.

Après avoir amassé le maximum de biens matériels et de richesses, ils se rendent compte qu’ils ne peuvent plus en profiter.

Cet argent leur servira finalement à se soigner.

À penser trop anxieusement au futur…

Le Dalaï-Lama met ici l’accent sur une pathologie qui touche de plus en plus de personnes.

Elle n’a plus d’âge puisque désormais, jeunes et moins jeunes la subissent.

Il s’agit bien évidemment de l’anxiété ou des troubles anxieux.

Cet état à la fois physiologique et psychologique est caractérisé par plusieurs composants émotionnels, comportementaux, cognitifs et somatiques.

L’anxiété résulte d’une situation de fort stress et très souvent lorsque la personne pense beaucoup plus aux problèmes de demain au lieu de se concentrer sur le présent.

À la fin, elle ne jouit plus de l’instant présent, mais elle se retire en plus la possibilité de profiter du futur.

Les hommes vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir…

Le Dalaï-Lama veut amener les hommes à se rappeler que la vie est un cadeau.

Il faut en prendre soin et ne pas la risquer ou la mettre en péril par des actions qui pourraient nous être fatales.

Pour ce sage tibétain, il faut certes vivre sa vie, mais il faut la vivre en se rappelant qu’on peut mourir à tout instant et que personne n’a le droit de s’en aller sans avoir impacté d’une manière ou d’une autre son entourage.

En affirmant en plus que l’homme meurt sans avoir vécu, il souligne que certaines personnes ne découvrent jamais leur mission sur terre avant de lâcher leur dernier souffle.

C’est une chose inadmissible puisque chacun vient pour accomplir une destinée rattachée à son être.

En somme, le Dalaï-Lama partage avec nous son histoire sur l’homme qui en vient à perdre sa santé afin de nous éveiller.

Il veut nous faire prendre conscience du réel enjeu de la vie et de l’importance de bien la vivre.


Articles connexes :

Histoire du Bouddha : comment Gautama a connu l’éveil spirituel ?

Kabbale chrétienne : une voie spirituelle ?