Bernard Willems - Notes et propos

 

.

         

.

.Notes et Propos

.Pensées, sentences et réflexions
.
Bernard Willems - © 2015/2016, tous droits réservés

.01. .02. .03. .04. .05. .06.

Page Facebook de Romain Guilleaumes

  .
.

La vieillesse, c'est l'emprise des rides sur le cœur, la fatigue ou la peur d'aimer. Pis, ça arrive à tout âge.

.

.  .
.

Il n'est pas à ma connaissance de mari fidèle qui ne soit cocu, pas plus que d'épouse fidèle que n'injurie l'infortune conjugale..

.

  .
.

Le développement intellectuel suppose la solitude. C'est-à-dire l'ennui qui n'offre rien d'autre à faire que penser et réfléchir, sans personne pour l'empêcher..

.

  .
.

La religion attend l'humilité de ses fidèles, voilà ce qui l'éloigne sans doute tant des orgueils d'Occident.

.

  .
.

Celui qui ne pense qu'à l'argent et au sexe ne devrait voir en son miroir qu'un cochon ; une tirelire ou un porc..

.

  .
.

Savez-vous quand vous êtes amoureux ? Lorsque vous aimez autant ses défauts que ses qualités, sinon plus..

.

  .
.

La destinée de l'espoir est de se déliter au contact de la réalité, sa vocation de nous décevoir..

.

 
.

La violence accompagne volontiers les convoitises contrariées, la violence est le langage qui sied naturellement à l'impuissance des médiocres..

.

  .
.

Avoir un enfant est à la portée des premiers organes génitaux mâle et femelle venus, mais faire un enfant, le construire, l'élever, l'éduquer, l'accompagner sur les ardus sentiers de l'existence, est un dur travail quotidien qui réclame un investissement personnel de chaque instant, souvent un sacerdoce jusqu'à l'oubli de soi-même..

.
S'il est des mères et des parents en tous points admirables, il n'en est hélas que trop qui ne sont qu'indignes de leur enfant..

.

.  .
.

Une mère travaille pendant neuf mois, le métier de maman dure toute la vie.

.

  .
.

Sans valeurs ni principes communs, rien ne sert de discuter. Faut-il seulement perdre son temps à se parler ?

.

  .
.

Celui qui voyage loin d'ici et de maintenant, sur les routes de l'exil ou en son esprit, s'éloigne d'autant de ses amis et les perd bientôt.

.

  .
.

L'esprit de contradiction caractérise ceux qui ne sont autrement capables de formuler une opinion ou de développer un raisonnement qu'a contrario d'autrui..

.
S'ils ne sont guère ingénieux, il en est parfois pour toucher de la sorte à des vérités qui échappent à des esprits autrement plus fins..

.

  .
.

Presse, littérature, télévision, cinéma et réseaux sociaux, la guimauve servie à toutes les sauces douceâtres est toujours garante de succès populaire..

.

  .
.

Le bouddhisme est la version bêta de la philosophie.

.

 
.

Ce n'est jamais de gaieté de cœur qu'on se suicide.
On peut y arriver par mille chemins, causes et raisons différents, mais la décision finale est toujours prise par un cœur lourd, triste et fatigué, qui se croit ou qui se sait sans avenir. Un cœur moribond, s'il n'est mort déjà.
.

.

  .
.

Les faits démontrent que la mort n'a jamais porté qu'un seul message : à ceux qui restent de se démerder !.

.

.  .
.

Les belles femmes croient aisément que leur beauté leur ouvrira toutes les portes et qu'elle les dispense de culture et d'érudition..

.
C'est oublier un peu vite que la beauté se fane avec le temps, qu'elles ne seront plus un jour que ce qu'elles ont appris et compris..

.
Et si ce n'est rien ou pas grand chose,....

.

  .
.

Si vous voulez dire du mal de moi, ne vous gênez surtout pas car vous serez toujours en-deçà de ce que je pense moi-même..

.

  .
.

Les rémissions du cancer de la pauvreté sont rares et un léger mieux ne préfigure généralement qu'un pire insurmontable..

.

  .
.

On cesse d'aimer l'amour lorsqu'il n'est plus que le souvenir douloureux d'une illusion perdue.

.

  .
.

Celui qui tire enseignement de son expérience de la vie et de l'humanité réduit en proportion sa capacité à faire confiance..

.

  .
.

Un enfant gâté devenu adulte reprochait constamment à ses parents de l'avoir fait tel qu'il était ; négligeant superbement sa propre part de responsabilité, campant rageusement sur ses rancune et rancoeur, il en oubliait de tirer le moindre enseignement de son expérience et, à son tour, il pourrissait dramatiquement l'éducation de son propre enfant, rien que pour s'assurer son sourire au présent, volontairement insouciant des conséquences pour l'avenir de son garçon..

.

 
.

Même un grand sentimental n'a quelquefois besoin que de la caresse des corps en guise de réconfort.

.

  .
.

Pour beaucoup de gens tristes, peut-être damnés, une journée de merde n'est finalement qu'un jour comme les autres.

  .
.

Les mensonges que l'on croit le plus aisément sont ceux qu'on se dit à soi-même..

.

  .
.

En ceci, nous sommes tous logés à la même enseigne : la formulation "je ne suis pas d'accord" signifie généralement "ce n'est pas ce que j'ai envie de croire, savoir est le cadet de mes soucis"..

.

  .
.

Les débits de boissons - privés ou publics - et autres lieux de rencontres sociales ne sont généralement qu'occasions de conforter ou de réconforter des sentiments et des ressentiments, de répandre et de promouvoir une foultitude de croyances et d'idées fausses qui gangrènent l'esprit du peuple..

.

  .
.

L'élève fait toujours honte ou injure au maître dont il oublie ou dont il nie l'enseignement..

.

  .
.

L'Absurdie existe ! Elle est le pays - ou plutôt le monde - dans lequel nous vivons aujourd'hui. Un monde absurde parce que le nombre des ignorants et des imbéciles y prévaut sur la portion congrue des élites, parce que le dernier des imbéciles peut s'y proclamer l'égal des plus grands prix Nobel scientifiques ou de littérature sans indigner quiconque, au seul nom de l'artificielle égalité de tous, elle-même terriblement et désespérément absurde..

.

  .
.

La colère est toujours bonne conseillère lorsqu'elle trouve ces tournures et formules qui choquent, qui retiennent l'attention et dont la mémoire s'imprègne..

.

 
.

La bêtise silencieuse est la plus supportable entre toutes. Elle est d'ailleurs l'unique qui soit supportable..

.

  .
.

La récurrente incompétence politique des peuples, qu'il est plus rentable de charmer et de séduire que de convaincre, est un plaidoyer permanent contre la démocratie non tempérée par le suffrage capacitaire.

.

.  .
.

Tant que les gens de droite me diront de gauche et que ceux de gauche me classeront à droite, je m'estimerai un être pensant doté de raison, libre chercheur d'équilibres et de vérités, indocile aux embrigadements et rebelle au prêt-à-penser..

.

  .
.

Le philosophe qui pense l'humanité telle qu'elle est, et non telle qu'on la voudrait être, ne peut afficher de sourires qu'à condition de s'en détacher ou de feindre l'ignorance..

.

  .
.

Demain existera, c'est une certitude, mais pas forcément pour toi ou pour moi..

.
Ainsi vont l'infinitude de l'Univers, de l'espace et du temps, et la finitude de l'être..

.

  .
.

C'est tout au long de la vie qu'on apprend ; à un esprit de vingt ans, tant et plus est encore manquant..

.

  .
.

Personne ne tolère l'intolérable, mais il n'est pas le même pour tout le monde.

.

  .
.

Un naïf passe souvent pour un idiot, ce que sa volonté parfois affichée de le rester, malgré les vents et les marées de l'expérience, tendrait à démontrer..

.

 
.

Préférez toujours être un modèle qu'un exemple, car même une crapule est un exemple, mais un exemple de crapulerie...

  .
.

Après coup, il est toujours aisé d'affirmer avec justesse ce qu'il fallait faire ou dire, ne pas faire ou ne pas dire, et très peu s'en privent ; mais, ça, c'est après !.

.
Avant, la majorité ne pipe mot et laisse aux meneurs et aux entrepreneurs le soin de prendre des initiatives et d'effectuer des choix lourds de conséquences, seuls pour s'aventurer à prendre des risques..

.
Critiqués, incendiés, vilipendés ou moqués en cas d'échec ; critiqués, contestés, jalousés et enviés, en cas de réussite..

.

  .
.

Le fascisme consiste à vouloir imposer ses vues et sa volonté par la force, la violence et la peur..

.
Le fascisme n'est ni de droite ni de gauche, il se trouve et prospère partout où des hommes et des femmes, souvent minoritaires, recourent à la violence pour créer l'illusion du nombre et gagner en fausse importance à travers les média qui relatent leurs exactions et méfaits..

.

  .
.

Ce sont ma langue et ma culture qui déterminent mon identité et ma nation ; française et judéo-chrétienne, intimement soudées par une longue histoire commune, elles sont indissociables..

.

  .
.

Ah, mais que la vie doit être agréable dès lors qu'on s'interdit de penser et de tourmenter ses méninges !.

.

  .
.

République. Système politique dont les détenteurs du pouvoir sont élus par la majorité d'une part quelconque du corps social (aussi bien dix personnes que cent, des milliers, des millions ou la totalité des citoyens)..

.
Seule, une soixantaine de millions de Terriens, efficacement conditionnée et endoctrinée, s'obstine à manipuler abusivement le sens de ce mot pour l'identifier à un privilège, une exception spécifique au "génie français", qualifiant alors ce qu'il ne définit pourtant point, une société démocratique, libre, tolérante, consensuelle, cosmopolite et multiculturelle..

.
Rien n'est plus faux, puisqu'un Etat dirigé par un dictateur - désigné, choisi ou reconnu par une poignée de personnes - peut tout autant prétendre au titre de République en toute légitimité..

.
Voilà, en toute grandeur et en toute splendeur, l'un des plus beaux exemples de manipulation des foules par un Etat à la vocation théoriquement démocratique, habituellement et volontiers présenté comme matrice originelle des droits de l'Homme....

.

  .
.

Où les juges accordent aux mots un autre sens que le leur, le droit cède le pas à l'arbitraire et les citoyens ne sont plus en sécurité, ni sûrs de leurs droits, ni sûrs de leurs devoirs, ni protégés par la loi.

.

  .
.

Un écrivain consensuel a-t-il seulement quelque chose à dire qui vaille réellement d'être lu ?

 
.

Belle aux yeux de tous, elle m'est magnifique lorsque, de son regard, de son sourire ou de sa seule présence, elle illumine et dissipe mes ténèbres comme nulle autre, laissant parcourir de chatouillis mon ventre et mon coeur..

.
Je lui dois cette merveilleuse sensation de goûter encore au divin bonheur d'aimer sans choix ni raison, quand bien même ai-je trop vieilli avant de la trouver et que, jeune, ailleurs elle bâtit déjà sa vie..

.
Je savoure ce bonheur qui lui doit tout, sans doute univoque mais sans prix..

.

  .
.

L'impunité encourage la reproduction d'actes illicites et répréhensibles, et le sentiment d'impunité commence par la corruption du moindre agent des forces de l'ordre qui aide un contrevenant à se soustraire à ses responsabilités..

.
Il s'agit de complicité de mise en danger d'autrui, d'une grave forfaiture méritant lourdes sanctions, jusqu'à l'indignité du corps, le licenciement et la culpabilité pénale..

.

.  .
.

Où la loi ne vaut pour tous, elle ne vaut pour personne.

.

  .
.

Impossibles sont l'ordre et la sécurité là où le moindre désordre est toléré..

.

  .
.

On ne se suicide pas pour mourir, voyons !, on se suicide pour ne plus vivre ce que l'on vit.

.

  .
.

N'est-il pas regrettable et consternant que l'être humain, doté de conscience et de capacités cérébrales considérables, préfère consacrer son existence à faire ce que d'autres attendent de lui qu'à se réaliser pleinement dans son unicité ?.

.
Car, oui, qu'il s'agisse de travail ou de loisirs - en achetant, en dépensant, en consommant -, c'est toujours et uniquement à rencontrer des stratégies de profits d'autrui - souvent élaborées, parfois subtiles - que nous sommes conditionnés, que nous œuvrons, que nous abandonnons notre vie, avec le sourire et faussement convaincus d'user de notre liberté d'agir comme nous l'entendons....

.

  .
.

Etre con, bête, ignorant ou naïf, n'est un handicap dans aucune société humaine..

.
Au contraire, ce serait plutôt là une qualité majeure du bon citoyen, qu'il est aisé de conditionner et d'endoctriner, quitte à ce qu'il beugle sur ce qu'on lui donne à critiquer pour détourner son attention des véritables enjeux..

.

  .
.

Ne nous emballons et ne nous plaignons pas trop vite lorsque nous entendons dire que vingt pour-cent de la population mondiale détient quatre-vingt pour-cent des richesses..

.
Car, même l'allocataire social des pays occidentaux les plus développés en termes de solidarité et de sécurité sociales, oui même cet allocataire social-là appartient aux vingt pour-cent des humains les plus riches du monde, tant sont nombreux ceux qui survivent à peine de revenus qui ne suffiraient pas à nourrir nos chiens et nos chats..

.

 
.

Quand les médias s'autorisent de petits arrangements avec la réalité - c'est-à-dire désormais le plus souvent -, ils n'informent pas mais ils mentent, trichent, manipulent ou militent, qui pour la sensation et l'audience, qui pour promouvoir ses idées..

.

.  .
.

Les vendeurs de simplisme ont toujours fait et feront toujours fortune, tant sont nombreux les esprits simples et paresseux, prompts à les écouter, à les croire et même à payer pour les lire, pour les entendre, pour les voir, parfois aussi pour rejoindre les communautés qui se forment afin de rendre grâce aux vertus du lavage de cerveau..

.

.  .
.

Les multiples et constants sourires faciles sont d'un escroc ou d'un imbécile.

.

  .
.

Chaque mois trouver d'extrême justesse de quoi tenir quinze jours de plus sans savoir si deux semaines supplémentaires seront possibles, ça vous épuise jusqu'à la dernière once de vitalité.
L'insécurité, c'est aussi cela !
.

.

  .
.

L'interprétation de la loi - comme la considération de son esprit - est un privilège exclusif des juges, en aucun cas un droit du citoyen et encore moins une latitude accordée aux forces de l'ordre..

.

  .
.

Eructations, vociférations, incitation à la haine et à la violence, manipulation des esprits simples et instrumentalisation des détresses humaines par la démagogie ou par le populisme, promesses de jours meilleurs et secrètes ambitions de totalitarisme, extrême gauche et extrême droite sortent du même moule..

.

  .
.

Tant de gens réfléchiraient-ils s'il n'y avait les miroirs ?.

.

  .
.

L'excès nuit en tout, y compris dans la modération.

.

 
.

Dormir, c'est un peu comme mourir à l'essai. En mieux ou en pire, puisqu'on revient à la vie..

.

  .
.

Si ce n'était pour sa première syllabe, la culture resterait étrangère à l'appétit de bien des humains..

.

.  .
.

Tragique descente aux enfers qui commence au sortir du ventre de la mère et s'achève au dernier souffle d'air, longtemps, très longtemps, trop longtemps après..

.

  .
.

Tellement de gens aiment à se dire pauvres lorsqu'ils ne sont qu'envieux de ceux qui possèdent plus qu'eux, qu'il doit s'agir là d'un atavisme inhérent au caractère humain..

.

  .
.

Moeurs dissolues, sens moral volatile, divertissements alcoolisés, drogues récréatives et viatiques de substances illicites, instruction et enseignement souvent limités, brutes épaisses arrogantes et nombrilistes, élégance et distinction qui se limitent généralement à l'apparence (et encore !), n'est-il pas dommage et regrettable - dommageable, donc... - que les gens de cinéma se répandent dans les médias en maîtres à penser ?.

.
Désespérons donc ensemble, n'a-t-on pas que les élites que l'on mérite ?.

.

  .
.

Ignorance et bêtise associées, voilà ce qu'est la connerie.
Trop prompte à s'admirer, elle est alors consternante et désespérante, commune et donc vulgaire.

  .
.

Pourvu qu'il fasse preuve d'honnêteté intellectuelle, j'apprécierai toujours plus celui dont la pensée diffère ou s'oppose à la mienne qu'un coreligionnaire de mauvaise foi ou un abruti n'ânonnant que slogans et idées simples pas toujours bien comprises..

.

  .
.

Le défaut de mémoire rend bêtes les intelligents..

.

 
.

Celui qui ne connaît plus l'enthousiasme est un esprit moribond enfermé dans le tombeau de ses émotions et sentiments putréfiés..

.

  .
.

L'école a essentiellement aiguisé ma curiosité et mon sens critique, puis elle m'a fourni les armes et les outils nécessaires pour m'instruire au contact du monde et de la vie, jamais mieux révélés que par d'innombrables lectures porteuses d'autant de précieux témoignages, de tous temps et de tous lieux..

.

.  .
.

Aucune mouvance ou formation politique ne détient le monopole de l'intelligence ou de la bêtise.. Celles qui nous heurtent, nous dérangent, nous indignent, ou s'opposent simplement à nos propres convictions, comptent autant d'imbéciles et de cerveaux que n'importe quelle autre..

.
Seuls les postulats, les mythes fondateurs - car toutes les tendances politiques sont éminemment subjectives dans un domaine où n'existe aucune vérité universelle et intemporelle - et, surtout, les projets de société, varient d'un mouvement à l'autre..

.
A elles seules, ces distinctions ne peuvent en rien qualifier l'intelligence ou la connerie d'un engagement, à moins de verser dans l'adoration ou dans l'aversion, toutes deux également aveugles et synonymes de... bêtise !.

.

  .
.

Hormis pour le peu qui en soit objectivement observable ou démontré, chacun considère et critique le monde selon ses propres intérêts et à l'éclairage de ses seules lumières, sans égard pour le conditionnel..

.
Nul ne s'étonnera donc plus que l'humanité soit finalement bien peu lumineuse et si sombre....

.

  .
.

Il n'est pas si rare, lorsque tout va mal et que nous nous sentons impuissant à agir sur les événements qui nous contrarient obstinément, que nous prenne subitement l'envie de taper du poing sur la table ou de briser le premier objet à notre portée..

.
Comment, dès lors, reprocher à des peuples - en proie à une crise économique et idéologique profonde - de se tourner vers les extrêmes, seuls aptes à leurs yeux à donner un grand coup de pied dans la fourmilière politique et à ébranler, peut-être même faire vaciller, un landerneau confortable où ronronnent ensemble les copains et les coquins de tous bords ?.

.

  .
.

Dans "fête nationale", il y a le mot fête. Le seul qu'aiment à entendre et à retenir les gens du commun..

.

  .
.

On cesse d'être pauvre dès qu'on est sans inquiétude pour son logement et pour son alimentation.

.

  .
.

Une très belle femme à qui les noms, déjà rien que les noms et par exemple, de Danton, Socrate et Platon ne disent absolument rien... s'enlaidit à mes yeux jusqu'à l'horreur et m'incite à passer mon chemin pour aller au devant de rencontres réellement intéressantes..

.

 
.

Depuis toujours et en tous lieux, la culture est cette compétence cérébrale qui qualifie l'animal humain et le distingue des autres animaux, nommés bêtes..

.

  .
.

Sous prétexte que ce sont les fondamentalistes qui recourent à des violences extrêmes, on se persuade erronément et naïvement que les musulmans de base sont évidemment modérés puisque différents des fanatiques et que leur islam n'est pas obscurantiste..

.
C'est oublier un peu vite - ou ignorer avec constance - que l'islam ne promeut la paix qu'entre musulmans, qu'il s'agit d'une religion expansionniste à vocation universelle et que devoir est fait à tout musulman de convertir ou de soumettre (une grande latitude est accordée quant à l'application de cette obligation, tuer n'étant nullement exclu sinon encouragé) les mécréants, les impies, et de contribuer activement à la propagation l'islam..

.
Abusés par notre propre simplisme manichéen (il y a les méchants et les gentils, ceux qui ne sont pas les uns sont forcément les autres), nous tolérons alors d'eux - qui se répandent patiemment à travers le monde - ce qu'on n'accepterait d'aucune autre religion ni d'aucun individu de culture occidentale..

.

  .
.

Toucher le fond pour remonter à la surface ne veut pas dire grand chose, puisqu'on peut toujours s'y enliser ou creuser plus profondément..

.

  .
.

Un intellectuel sans ressources matérielles vaut-il seulement un sous-homme ?
L'intellect n'est qu'une plus-value non nécessaire et insuffisante à garantir l'être.
.

.

  .
.

La naissance nous arrache des pleurs, lorsque la mort ne nous prend qu'un souffle léger et laisse notre visage couvert de sérénité. Voici la vie simplement expliquée.

.

  .
.

Son corps était bien là ; il respirait toujours, il bougeait toujours, mais de lui c'était tout ce qu'il restait. L'esprit volontairement coupé d'un monde qu'il reniait à jamais, il s'était enfui, déjà il était parti..

.

  .
.

Tant et trop de sourires dissimulent jugements et condamnations, souvent impitoyables, toujours silencieux..

.

  .
.

Les personnes qui ne cessent de se plaindre alors qu'elles ne manquent de rien, mais qui toisent avec arrogance et condescendance ceux qui manquent de tout ou presque mais dans la dignité et la discrétion, forment cette racaille morale peut-être pire encore que la racaille civile et incivique, déjà tant honnie à juste titre par les honnêtes gens, espèce en voie de disparition..

.

 
.

En matière d'opinions, tout le monde à tort et tout le monde a raison. Tout n'est question que de points de vue..

.

  .
.

Les plaintes, pleureuses ou rageuses, ne sont que des mots, rien que des mots, mais des mots pour dire une tristesse infinie.

  .
.

L'aigreur qui naît de la douleur et de la souffrance rend les hommes du commun impitoyables et féroces envers les autres ; seuls, quelques saints puisent dans leur déchéance personnelle l'admirable vocation de s'imprégner d'empathie, de bienveillance et de générosité envers chacun..

.

  .
.

En général, la dépression est soit un aveu d'impuissance à obtenir ce que l'on veut, quand on veut et comme on le veut, pour les enfants gâtés, soit la dramatique conséquence d'une qualité pourtant louable et rare : le sens inné d'une permanente autocritique dépourvue de complaisance, pour les esprits tourmentés..

.

  .
.

Chaque personne vaut par plusieurs domaines de compétence et prévaut par un ou deux domaines d'excellence..

.
L'égalité est une monstruosité qui coupe les têtes qui dépassent du commun, qui tire les meilleurs vers le bas pour ne froisser personne, au lieu de les promouvoir comme exemples et modèles à suivre, en quelque domaine que ce soit..

.
L'égalité artificiellement décrétée assure une évolution qui ne progresse plus mais régresse inexorablement..

.
L'excellence doit toujours être encouragée et récompensée, mais l'excellence ne devrait jamais être estimée à travers le prisme, futile et déformant, des performances économiques..

.

  .
.

Pourquoi éprouve-t-on le besoin de faire quelque chose, de créer quelque chose dans la vie, sinon pour cesser de ne rien faire, de ne rien créer et de n'être rien ?.

.
Mais la plupart des gens semblent avoir résolu de faire quelque chose sans rien créer, de s'occuper en futilités et superficialités dont rien ne subsiste....

.

  .
.

Un excellent moyen de soumettre quelqu'un à votre volonté consiste à le rendre dépendant de votre aide et de votre assistance, puis de l'en priver lorsqu'il en aura le plus besoin..

.
Soit il rampera alors à vos pieds, soit il vous haïra jusqu'au dernier de ses jours..

.
C'est, finalement, le seul risque que vous prendrez si tout sens moral vous est étranger..

.

  .
.

N'avoir pour ambition que de s'adapter à ce qu'il ne peut ou à ce qu'il ne veut changer, tel est l'unique talent du loser ou du perdant..

.

 
.

Ne parlez jamais de vos plus douloureux problèmes aux autres. Il y en aura toujours pour bêtement vous faire souffrir, s'employant à les minimiser avec dédain ou à en rire.

.

  .
.

Un jour ou plutôt une nuit, la nuit éternelle, tu seras seul, définitivement seul. La solitude au quotidien de la vie est un apprentissage de la mort, peut-être même est-elle déjà la mort avant la fin de la vie..

  .
.

Salue les uns, salue les autres, distribue-leur de nombreux sourires et ils y trouveront plaisir. Mais, pour ne rien gâcher, veille surtout à leur cacher que ce sont tes adieux que tu leur adresses ainsi..

.

  .
.

Vieillir, on m'avait dit que j'allais m'y faire ; mais comme ce sont toujours les jolies trentenaires que je préfère, quinquagénaire je ne parviens vraiment pas à m'y faire..

.

  .
.

C'est, évidemment, l'un de tes droits les plus fondamentaux que de contester, de critiquer et de dénoncer, d'ignorer, de mépriser ou même de vitupérer la religion qui a contribué à bâtir et qui a dressé la charte des repères moraux fondateurs de la société de libertés et de droits, individuels et collectifs, dont tu jouis pleinement aujourd'hui..

.
Les droits humains chapeautent toute société évoluée et nul n'y doit, malgré lui, subir un quelconque devoir, contraint et contraignant, d'honorer ses pères ou ses racines. Le devoir de reconnaissance et de fidélité n'est effectivement gravé pour l’éternité dans aucun marbre des lois..

.
Mais, alors, ai au moins l'élégance, la dignité, l'intelligence et la cohérence, de n'accorder pas plus de tolérance, de bienveillance ou de complaisance à quelque autre religion - a fortiori plus arriérée et obscurantiste que ne l'est devenue aujourd'hui celle de tes ancêtres - qui cultiverait le projet ou s'efforcerait déjà de vicier, de phagocyter, de conquérir et de soumettre finalement la société ou la civilisation dont toi et les tiens tirez moult profits et bienfaits au quotidien..

.

  .
.

Une petite vérité évidente pour présenter un grand mensonge, et celui-ci passe très facilement..

.

  .
.

Si je combats fièrement l'islam conquérant, je ne condamne pas pour autant les gens nés musulmans qui, ici, épousent nos usages et coutumes au lieu de nous imposer ou de nous confronter aux leurs..

.
Moins encore les jolies filles parfaitement intégrées et occidentalisées. Quoiqu'un corps-à-corps, peut-être....

.

  .
.

Vivre, c'est faire ployer l'existence à sa convenance ; survivre, c'est s'adapter aux circonstances et feindre aimer ce qu'on n'a pu choisir ; agoniser n'est plus que subir, sans agir ni partir.

.

 
.

Si le mot pardon appartient à mon vocabulaire, son application se doit de rester étrangère à ma vie, comme me l'a chaque jour enseigné la déprimante et cruelle fréquentation du plus grand nombre des humains, toujours prompts à profiter d'autrui, à l'abuser ou à le moquer, à le manipuler et à l'instrumentaliser pour des intérêts toujours autres que les siens..

.
Seule une parfaite incarnation de "l'idiot du village" pourrait s'obstiner, après moult cuisantes déconvenues, à proclamer à la ronde - invitant ainsi à lui tous nouveaux abuseurs et profiteurs - qu'en rien et aucunement sa confiance en l'humain ne pourrait en être altérée..

.

  .
.

Le fascisme règne partout où la violence - qui peut s'exprimer de mille autres manières que physique - et l'autoritarisme appuient ou imposent des idées, des opinions, des concepts, des usages ou des systèmes qu'on nous interdit de contester, a fortiori de nier ou de combattre..

.
Le plus omniprésent des fascismes impitoyables est aujourd'hui celui qu'organisent profitablement les grands groupes financiers internationaux et leurs larbins d'hémicycles politiques et de ministères, exemplairement assistés par leurs fidèles et obséquieux maîtres en toges rouges des prétoires..

.

  .
.

Elle ne peut être que bien pauvre, l'amitié qui s'offre à tout le monde et à n'importe qui. Si elle n'est privilège spécialement accordé, l'amitié est sans valeur..

.

  .
.

En cette année 2015, il se produit quelque chose en France. Une mutation fondamentale, majeure et historique, est en cours..

.
Le pouvoir absolu et le totalitarisme de la bien-pensance post soixante-huitarde s'effritent, se craquellent, se morcellent et vacillent inexorablement..

.
Les pensées, les idées et les mots qu'elles censuraient depuis près de cinquante ans se libèrent et s'échappent des cachots humides, froids et sombres où la gauche les confinait, où la gauche les avait habilement et machiavéliquement diabolisés..

.
Le parler vrai, le parler franc, le sacrifice public de la langue de bois, s'étalent au grand jour et brillent de mille feux par leurs accents de vérité qui éblouissent subitement un peuple qui n'écoutait plus, qui n'entendait plus, qui refusait d'encore prêter l'oreille aux menteurs et bonimenteurs - gauchistes ou gauchisants, mais également embourgeoisés -, maîtres es-sciences de stériles discours idéologiques maintes fois ressassés, religieusement relayés par une presse dévote, depuis de confortables et coquets salons lambrissés parisiens..

.
S'effondre aujourd'hui l'absolutisme pseudo-culturel d'une gauche qui refusait de voir et de considérer le peuple de France, se risquant à peine à lui parler, et encore seulement afin de le sermonner ou de le gronder, tel un enfant immature, pour ses pensées, pour ses idées et pour ses opinions, pourtant nourries au sein d'un quotidien bien réel et pragmatique, parfois sinon trop souvent cruel, mais imperceptible par les princes depuis leurs précieux palais de la République..

.

La France retrouve sa voix, la France retrouve ses mots, la France redécouvre son droit non seulement de penser mais surtout de s'exprimer.
.

.

Faut-il dire "merci Charlie" ? Faut-il dire "merci aux Kouachi et à Coulibaly" ?
.

.

En tout cas, la France a retrouvé sa liberté de parole et de ton.
.

.

Le bocal médiatique s'en retrouve tout agité, en pleine effervescence à la moindre des sans cesse plus nombreuses "petites phrases" qui dérangent ou dénotent, qui bousculent pensée unique et politiquement correct,... mais qui passent si bien et sont entendues si clair et fort par le peuple de France.
.

.
Après 50 ans de censure et d’auto-censure, Marianne, Onfray, Finkielkraut, Glucksman, Houellebecq, Zemmour, Biraben, Morano, etc., sont là pour en témoigner : la France profonde se réapproprie le droit de dire ce qu’elle pense !
N’en déplaise aux censeurs institués soudainement impuissants, sauf à vainement s’offusquer comme des vierges effarouchées, s’indigner et s’énerver...
.

.

Une autre dictature est en passe d'être vaincue, et c'est en France que cela se passe !.
.

.

  .
.

Une personne terre-à-terre est une personne si proche du sol et de ses semelles que l'esprit ne peut s'en retrouver que très éloigné..

.

  .
.

J'ai respiré l'odeur fétide de la mort. Je n'y ai pas pris goût mais j'y ai perdu celui de la vie.

.

  .
.

Au seuil de l'au-delà, c'est un terrifiant sentiment de vanité qui étreint celui qui comprend que tous les enseignements de sa vie vont disparaître avec lui, dès son prochain pas en avant..

.

  .
.

Dès que la pensée divergente - même publiquement critiquée avec véhémence - n'est plus poursuivie par les juges, les Droits de l'Homme et du Citoyen sortent enfin des orgueilleuses Saintes Ecritures de la République - arrogantes dorures et enluminures inopérantes - pour devenir réalité, consacrant alors le droit pour chacun de penser individuellement.

  .
.

Est religieux tout esprit qui affirme comme définitivement et indubitablement vrai ce qui n'a jamais été vérifié et ne peut l'être..

.
A ce titre, théisme et athéisme se valent et ne sont qu'orgueilleuses et prétentieuses croyances, contrairement au prudent et intelligent agnosticisme en permanents examen et questionnement.

.

 
.

Puissants et déferlants flots de larmes à grand peine contenus, la dépression est d'abord profond dégoût de soi, lorsque tout ce qui nous entoure ne nous renvoie plus qu'une piètre et pitoyable image de soi.

.

 
.

Les primates bipèdes évolués gagnent la qualité d'humain dès qu'ils pensent et réfléchissent plus qu'ils ne comptent ou se divertissent, dès que leur esprit pensant se sait plus qu'il ne s'oublie.

.

 
.

Non le secret du bonheur, puisque celui-ci n'existe pas, mais la condition sine qua non du bien-être de l'homme est la confiance en soi, mais la confiance mesurée en ses capacités à poursuivre et atteindre des buts réalistes et raisonnables.

.

 
.

La conjonction des politiques immigrationnistes complaisantes et des forts taux de natalité des communautés musulmanes assure l'inexorable islamisation de l'Europe occidentale.

.

 
.

Au nom d'un athéisme frénétique, la gauche de nos échiquiers politiques d'Occident diabolise toute trace de christianisme ou de judaïsme, invective et discrédite quiconque s'en réclame, mais... milite ardemment en faveur de la tolérance pour un islam qu'elle qualifie de "modéré"..

Il n'y a pas ici la moindre cohérence ou logique apparente, si l'on excepte que - majoritairement - chrétiens et juifs ne font pas des électeurs de gauche, au contraire des musulmans en nombre régulièrement croissant.

.

  .
.

D'amour ou de haine, les mots du coeur sont ceux qui échappent à la raison.

.

 
.

Critiquer la politique et les politiciens n'est pas un droit mais un devoir citoyen, à condition néanmoins de s'être approché ou d'avoir fréquenté leur milieu afin de savoir de quoi l'on parle et d'y gagner sa crédibilité.

.

 
.

Toutes les religions - des grandes monothéistes aux plus marginales croyances tribales - partagent un seul et même fondement : établir un code moral dont la violation serait impitoyablement sanctionnée par une puissance supérieure et omnisciente, afin de faciliter la coexistence des humains en société..
.

Aux premiers temps, il n'y avait ni lois, ni droit, ni même morale ou notions de bien et de mal, chacun naissant avec pour unique préoccupation de satisfaire ses besoins et ses envies.
.
.

Sans religions, pas de chartes morales ; sans chartes morales, pas de transcription en droit ; sans droit, pas de lois ; sans lois, point de civilisation..
.

Sans les religions pour base de tout ordre moral et social, donc, les forts domineraient, écraseraient, violenteraient, tueraient toujours les plus faibles au seul gré de leurs humeurs et de leurs convoitises.

.

 
.

On ne gagne pas une guerre avec des chants pacifistes et des prières, c'est ainsi qu'on la perd !
Une guerre ne peut se gagner qu'au combat.


.

 
.

Pour un qui tombe, dix se lèvent !
Voilà ce qu'est une armée de fanatiques, par cela peut-être invincible.


.

 
.

Il n'est pas d'homme d'honneur qui n'honore ses dettes.

.

 
.

Répondre par l'affirmative ou la négative, sans délai de réflexion ni arguments, à une question complexe est parfait aveu ou démonstration d'inintelligence.

.

 
.

La gauche caviar embourgeoisée se compose essentiellement de socialistes beaux parleurs mais non pratiquants.

.

 
.

Pas plus que les mathématiques, une langue sophistiquée, richement élaborée, ne tolère l'approximation.
.

Invariablement, l'approximation mène la démonstration et le raisonnement à l'erreur, à la confusion ou à la méprise.

.

  .
.

Après vos merveilleux sourires, tournez-moi ostensiblement le dos et c'est à travers le mien que vous me planterez un couteau en plein coeur.
.

Bientôt exsangue, il me laissera livide, et encore moins que jamais nourrirais-je le doute que vous seule possédez ce petit quelque chose qui ne s'explique pas et qui vous distingue, pour moi, de toutes ces autres que je regarde, que j'aborde sans trembler ni bafouiller, que je désire parfois, mais qui ne m'émeuvent pas.


..

 

.01. .02. .03. .04. .05.

.06.




.

.

.

Copyright et propriété intellectuelle.
Informations importantes.


 

Livres brochés :

Romain Guilleaumes - Bernard Willems - Le Bûcher des Illusions

.

Erard de La Reid - Ca ne se dit pas, voyons !

Le Bûcher des Illusions
dernières mises à jour

Facettes
         
- Alexandre Dirikenne
         
- Bernard Willems
         
- Érard de La Reid
                  Carnets d'Érard

         
- Érard de La Reid
                                L'Érard

         
- Vilbert le Pamphlétaire
         
- Thibault de Sélys

Journal
dernières mises à jour

Spicilège
Morceaux choisis

Citations sur invitation...
dernières mises à jour

Courriel


 

 

 

 

En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK