|  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
Victor Hugo
.
Victor HUGO    (1802 - 1885)
(+) Ouvrir la biographie

Les voleurs aiment les enluminures comme les enfants et le tatouage comme les sauvages.  (Proses philosophiques - Les Fleurs)

L'homme fort dit : je suis. Et il a raison. Il est. L'homme médiocre dit également : je suis. Et lui aussi a raison : il suit.

L'instinct, c'est l'âme à quatre pattes ; la pensée, c'est l'esprit debout.  (Tas de pierres)

Dans les temps anciens, il y avait des ânes que la rencontre d'un ange faisait parler. De nos jours, il y a des hommes que la rencontre d'un génie fait braire.

La populace ne peut faire que des émeutes. Pour faire une révolution, il faut un peuple. (Choses vues)

N'imitez rien ni personne. Un lion qui copie un lion devient un singe.

Il y a des gens qui vous laissent tomber un pot de fleurs sur la tête d'un cinquième étage et qui vous disent : Je vous offre des roses.

Aimer, c'est la moitié de croire.

Certaines natures ne peuvent aimer d'un côté sans haïr de l'autre.

Les mots sont les passants mystérieux de l'âme.

Aimer un être, c'est le rendre transparent.

La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.

La guerre, c'est la guerre des hommes ; la paix, c'est la guerre des idées.  (Fragments)

L'agonie a ses ruades. En langue politique, cela s'appelle réaction.

C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas.

Quand on n'a plus d'honneur, on n'a plus de famille.  (Le Roi s'amuse)

Le rêve du héros, c'est d'être grand partout et petit chez son père.

Les grands éclats de rire sont des gouffres pour l'esprit.

Le chien a son sourire dans sa queue.

L'enfer est tout entier dans ce mot : solitude.

Le solitaire est un diminutif du sauvage, accepté par la civilisation.

Qu'est-ce que des amants ? Ce sont des nouveaux-nés.

Quand deux amants sont discrets, il se passe quelquefois presque huit jours avant que le public soit dans leur confidence.

Une femme qui a un amant est un ange, une femme qui a deux amants est un monstre, une femme qui a trois amants est une femme.

On résiste à l'invasion des armées, on ne résiste pas à l'invasion des idées.

Les guerres ont toutes sortes de prétextes, mais n'ont jamais qu'une cause : l'armée. Otez l'armée, vous ôtez la guerre.  (Actes et paroles)

La volonté trouve, la liberté choisit. Trouver et choisir, c'est penser.

La liberté consiste à choisir entre deux esclavages : l'égoïsme et la conscience. Celui qui choisit la conscience est l'homme libre.

L'avenir, fantôme aux mains vides,
Qui promet tout et qui n'a rien !

La haine, c'est l'hiver du coeur.

Là où le prêtre manque, que le philosophe vienne. (...) Le philosophe n'est autre que le prêtre en liberté.

La philosophie éclaire comme la lanterne sourde et ne jette de la lumière en avant qu'à la condition de faire de l'ombre derrière elle.

On ne se compose pas plus une sagesse en introduisant dans sa pensée les divers résidus de toutes les philosophies humaines qu'on ne se ferait une santé en avalant tous les fonds de bouteille d'une vieille pharmacie.

Grands hommes ! Voulez-vous avoir raison demain ? Mourez aujourd'hui.

Les brèches que l'athéisme fait à l'infini, ressemblent aux blessures qu'une bombe ferait à la mer. Tout se referme et continue.

Ayez pitié. Voyez des âmes dans les choses.

L'âme française est plus forte que l'esprit français, et Voltaire se brise à Jeanne d'Arc.  (Tas de pierres)

Le premier symptôme de l'amour vrai chez un jeune homme c'est la timidité, chez une jeune fille c'est la hardiesse.

La femme a une puissance singulière qui se compose de la réalité de la force et de l'apparence de la faiblesse.

La femme a ce génie particulier qui lui offre de comprendre l'homme mieux que l'homme ne se comprend.

L'espérance serait la plus grandes des forces humaines si le désespoir n'existait pas.

L'éclat de rire est la dernière ressource de la rage et du désespoir.

L'un des privilèges de la jeunesse, c'est d'avoir outre son âge, tous les âges.

Les grands artistes ont du hasard dans leur talent et du talent dans leur hasard.

Mieux vaut une conscience tranquille qu'une destinée prospère. J'aime mieux un bon sommeil qu'un bon lit.

La conscience de l'homme c'est la pensée de Dieu. (Les Châtiments)

Les sciences sont des fouilles faites dans Dieu.

Au fond, Dieu veut que l'homme désobéisse. Désobéir c'est chercher.

Dieu a fait deux dons à l'homme: l'espérance et l'ignorance. L'ignorance est le meilleur des deux.

L'âme, le coeur et l'esprit, c'est la trinité qui est dans l'unité de l'homme comme dans l'unité de Dieu.

L'oeil ne voit bien Dieu qu'à travers les larmes.

Lorsque nous cherchons Dieu, l'amour dit : par ici !

Toutes les religions ont raison au fond et tort dans la forme. Texte : Dieu. Traducteur, trahisseur. Une religion est un traducteur.  (Tas de pierres)

A quoi bon aggraver notre tort par la haine ?

La moitié d'un ami, c'est la moitié d'un traître.

Le théâtre doit faire de la pensée le pain de la foule.

La nuit, on pense mieux, la tête est moins pleine de bruit.

Ami est quelquefois un mot vide de sens, ennemi, jamais.

La prière est la soeur tremblante de l'amour.

L'homme a l'amour pour aile et pour joug le besoin.

La terre est au soleil ce que l'homme est à l'ange.

La douleur est un fruit : Dieu ne le fait pas croître
Sur la branche trop faible encore pour le porter.

L'argot c'est le verbe devenu forçat.

L'orgueil est en nous comme la forteresse du mal.  (Les Misérables)

Qui donne au pauvre prête à Dieu.

Le plus grand ennui c'est d'exister sans vivre.

Ce siècle est à la barre et je suis son témoin.

L'amour, panique de la raison,
Se communique par le frisson.

La dernière raison des rois, le boulet. La dernière raison des peuples, le pavé.

Réfléchis longuement avant de te faire applaudir par tes ennemis.

Les bêtises sont le contraire des femmes. Les plus vieilles sont les plus adorées.

Le peuple ? Un âne qui se cabre.  (Les Châtiments)

Il y a des gens qui ont une bibliothèque comme les eunuques ont un harem.

La suggestion consiste à faire dans l'esprit des autres une petite incision où l'on met une idée à soi.

Le bon sens est bourgeois et n'est pas citoyen.

Le sang se lave avec des larmes et non avec du sang.

Le bonheur est vide, le malheur est plein.

Mûrir, mourir ; c'est presque le même mot.

La musique, c'est du bruit qui pense.

Les méchants envient et haïssent ; c'est leur manière d'admirer.

Le calembour est la fiente de l'esprit qui vole.

Qu'est-ce que la mort à tout prendre ? Un mauvais moment, un péage, le passage de peu de chose à rien.

Pouvoir, vouloir, savoir, trois mots qui mènent le monde.

Cambronne à Waterloo a enterré le premier empire dans un mot où est né le second.

Le souvenir, c'est la présence invisible.  (Océan prose)

Nos chimères sont ce qui nous ressemble le mieux.

La rêverie est la vapeur de la pensée.

Nous sommes tous les deux voisins du ciel, Madame,
Puisque vous êtes belle, et puisque je suis vieux.

Si vous ne sentez pas que la chose donnée par vous vous manque, vous n'avez rien donné. On ne donne que ce dont on se prive.

Etre contesté, c'est être constaté.

Quand le poète peint l'enfer, il peint sa vie.

Seigneur, votre droite est terrible !

Les vrais grands écrivains sont ceux dont la pensée occupe tous les recoins de leur style.

L'histoire a pour égout des temps comme les nôtres.

Pourquoi Dieu met-il donc le meilleur de la vie tout au commencement ?  (Les Voix intérieures)

Ne rien faire est le bonheur des enfants et le malheur des vieillards.

La liberté d'aimer n'est pas moins sacrée que la liberté de penser. Ce qu'on appelle aujourd'hui l'adultère est identique à ce que l'on appelait autrefois l'hérésie.

La popularité ? C'est la gloire en gros sous.

Le travail est la meilleure des régularités et la pire des intermittences.

En temps de révolution, prenez garde à la première tête qui tombe. Elle met le peuple en appétit.

La raison, c'est l'intelligence en exercice ; l'imagination c'est l'intelligence en érection.  (Tas de pierres)

Il vient une heure où protester ne suffit plus ; après la philosophie, il faut l'action ; la vive force achève ce que l'idée à ébauché.

Quand on n'est pas intelligible, c'est qu'on n'est pas intelligent.

Je n'ai plus d'ennemis quand ils sont malheureux.

Ô tristesse ! on passe une moitié de la vie à attendre ceux que l'on aimera et l'autre moitié à quitter ceux qu'on aime.

C'est à peine si l'on ose dire maintenant que deux êtres se sont aimés parce qu'ils se sont regardés. C'est pourtant comme cela qu'on s'aime et uniquement comme cela. Le reste n'est que le reste, et vient après.

L'odieux est la porte de sortie du ridicule.

On jugerait bien plus sûrement un homme d'après ce qu'il rêve que d'après ce qu'il pense.

La vie est une phrase interrompue.  (Tas de pierres)

Un poète est un monde enfermé dans un homme.

La religion n'est autre chose que l'ombre portée de l'univers sur l'intelligence humaine.  (Philosophie, Commencement d'un livre)

La science cherche le mouvement perpétuel. Elle l'a trouvé : c'est elle-même.

Ami, cache ta vie et répands ton esprit.  (Les Rayons et les Ombres, A un poète)

Tout bruit écouté longtemps devient une voix.

La mémoire est la tourmenteuse des jaloux.

Le suicide, cette mystérieuse voie de fait sur l'inconnu.

Le suicide de l'âme, c'est de penser mal.

L'enfer, c'est l'absence éternelle.

Les morts sont des invisibles, mais non des absents.

Moi j'admire, ébloui, la grandeur des petits.

Les bêtes sont au bon Dieu, mais la bêtise est à l'homme.

Vous m'offrez la cité... je préfère les bois, car je trouve, voyant les hommes que vous êtes, plus de coeur aux rochers, moins de bêtise aux bêtes.

Quand je suis triste, je pense à vous, comme l'hiver on pense au soleil, et quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l'ombre.

Ainsi la paresse est mère. Elle a un fils, le vol, et une fille, la faim.

Les verres d'eau ont les mêmes passions que les océans.

La science est obscure - peut-être parce que la vérité est sombre.

La solitude est bonne aux grands esprits et mauvaise aux petits. La solitude trouble les cerveaux qu'elle n'illumine pas.

Chaque jour a son grand chagrin ou son petit souci. (Les Misérables)

Rien ne dompte la conscience de l'homme, car la conscience de l'homme c'est la pensée de Dieu. (Préface des Châtiments)

Vivre, c'est avoir la conscience d'être. (Océan prose)

Manifester la conscience, c'est presque montrer Dieu. (Philosophie prose)

La première égalité, c'est l'équité.  (Les Misérables)

J'ai dit l'égalité. Je n'ai pas dit l'identité.  (Quatre-vingt-treize)

L'égoïsme est la rouille du moi.  (Proses philosophiques de 1860-1865)

La plus grande infirmité qui puisse échoir à un esprit faible, c'est de devenir un esprit fort.  (Tas de pierres)

La confiance en soi fait le sot ; la foi en soi fait le grand homme.  (Choses vues)

Une idée fixe aboutit à la folie ou à l'héroïsme.  (Quatre-vingt-treize)

Le hasard bavarde, le génie écoute.  (Faits et croyances)

Nul n'a l'honneur d'avoir une vie qui soit à lui.

Il y a des gens qui observent les règles de l'honneur, comme on observe les étoiles, de très loin.

Servir la patrie est une moitié du devoir, servir l'humanité est l'autre moitié.  (Mes fils)

Pour moi, l'idée de nation se dissout dans l'idée d'humanité.  (Extrait d'une lettre à Robert Poelhen)

Les maîtres d'école sont des jardiniers en intelligences humaines.  (Faits et Croyances)

La pensée est le labeur de l'intelligence, la rêverie en est la volupté.  (Les Misérables)

Quarante ans, c'est la vieillesse de la jeunesse, mais cinquante ans, c'est la jeunesse de la vieillesse.

La jeunesse est le sourire de l'avenir devant un inconnu qui est lui-même.  (Les Misérables)

La liberté commence où l'ignorance finit.  (Océan prose)

Tout homme est un livre où Dieu lui-même écrit.  (Les contemplations)

Le droit et la loi, telles sont les deux forces : de leur accord naît l'ordre, de leur antagonisme naissent les catastrophes.  (Actes et paroles)

L'ordre est une tranquillité violente.

L'orgueil a cela de bon qu'il préserve de l'envie.  (Océan prose)

Un sot est un imbécile dont on voit l'orgueil à travers les trous de son intelligence.  (Faits et croyances)

Qui n'est pas capable d'être pauvre, n'est pas capable d'être libre.  (Tas de pierres)

Penser, voilà le triomphe vrai de l'âme.  (Les Misérables)

Un petit peuple libre est plus grand qu'un grand peuple esclave.  (Choses vues)

Quand le peuple sera intelligent, alors seulement le peuple sera souverain.  (Littérature et philosophie mêlées)

Un peuple qui a la liberté, doit aussi avoir la volonté.  (Actes et paroles)

La vraie philosophie détourne des religions et pousse à la religion.  (Post-scriptum de ma vie)

Lorsqu'on peut tout savoir, il faut savoir aussi tout taire.  (Amy Robsart)

Créer, c'est se souvenir.

Qu'est-ce que ton baiser ? Un lèchement de flamme.  (La légende des siècles)

Lire, c'est voyager ; voyager, c'est lire.  (Choses vues)

La sortie de la vie commence un peu avant la mort. On se sent couvert d'ombre.  (Tas de pierres)

Les diplomates trahissent tout excepté leurs émotions.

Les mots manquent aux émotions.  (Le dernier jour d'un condamné)

Quelques auteurs :
- Honoré de Balzac
- Charles Baudelaire
- Albert Camus
- Céline
- Denis Diderot
- Sacha Guitry
- La Rochefoucauld
- Montaigne
- Blaise Pascal
- Rousseau
- Nicolas Sarkozy
- Shakespeare
- Stendhal
- Vauvenargues
- Voltaire

Tous les auteurs

HORAZ.com - Citaplaques

Faites également la promotion de votre Page

Quelques thèmes :
- Amour
- Génie
- Nature
- Pensée
- Société

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- Agora
- Hugo 2002
- Sénat
- A la lettre
- Académie française
- Chronologie Hugo

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |