|  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
Socrate
.
SOCRATE    (-470 à -399)
(-) Fermer la biographie
Socrate est un philosophe grec né en 470 av. J.C. et mort en 399 av. J.C, à Athènes .

Il est considéré comme le père de la philosophie occidentale et l'un des inventeurs de la philosophie morale. Il n'a laissé aucune œuvre écrite ; sa philosophie s'est transmise par l'intermédiaire de témoignages indirects (en particulier par les écrits de son disciple Platon).

 

Biographie

Socrate est né en -470, sans doute au mois de mai. Son père, Sophronisque, était sculpteur ou tailleur de pierres, et sa mère, Phénarète, sage-femme. Socrate avait un frère, Patroclès, fils du premier mari de sa mère. Peu de choses de sa jeunesse sont connues. Il reçut sans doute une éducation classique, que la loi athénienne obligeait un père à donner à son fils : gymnastique, musique (art du chant, de la danse, apprentissage de la lyre et grammaire, ce qui implique l’étude d'Homère, d’Hésiode et d’autres poètes).

Socrate semble ne pas s’être contenté de cette éducation. D’après Maxime de Tyr, il s’adressa à toutes sortes de maîtres, dès sa jeunesse. Socrate se serait instruit tout au long de sa vie : il dit être le disciple de Prodicos de Céos, et il fréquenta les sophistes. Selon plusieurs témoignages, il est possible que Socrate ait exercé d’abord le métier de sculpteur. D’après d’autres témoignages, il aurait été banquier.

Selon Démétrius de Byzance, c’est Criton qui lui permit de vivre dans un certain loisir pour se consacrer à la philosophie. Il semble avoir disposé ainsi d’une fortune plutôt confortable. En revanche, d’après Platon, Socrate aurait vécu dans une grande pauvreté, et cette affirmation est confirmée par Xénophon. Ce point est également confirmé par les surnoms dont l’affublent les comiques ("le gueux", "le mendiant", "le va-nu-pieds", etc.) Il a également été présenté comme un clochard, sale, se faisant battre par des individus exaspérés par sa manie de la discussion.

Vers -435 il commença à enseigner, dans la rue, dans les gymnases, les stades, les échoppes, au gré des rencontres. Vivant pauvrement, n’exerçant aucun métier, il parcourait les rues d’Athènes vêtu plus que simplement et sans chaussures, dialoguant avec tous, en cherchant à les rendre plus sages par la connaissance de leur ignorance : « Je sais que je ne sais rien ». Il prétend avoir reçu pour mission d’éduquer ses contemporains : c’est Apollon « qui lui avait assigné pour tâche de vivre en philosophant, en se scrutant lui-même et les autres ».

Il eut de nombreux disciples. Il enseignait par le questionnement, gratuitement. Cette mission faisait de lui, à ses yeux, le seul citoyen véritable, c’est-à-dire le seul qui s’interroge sérieusement sur la vie politique. Il s’opposait en cela au caractère démagogique de la démocratie athénienne qu’il voulait secouer par son action.

En -430 il fut hoplite (fantassin) à Samos. En -429 il sauva la vie d'Alcibiade, lors de la bataille de Potidée. Il intervint à la bataille d'Amphipoli en -422.

Vers -416, à 54 ans, il se maria avec Xanthippe dont il eut un fils, Lamproclès. Il fit peut-être un second mariage, avec Myrtho, la fille d’Aristide, qui lui aurait donné deux autres fils.

C'est vers -407 que Platon devint son disciple. En -406, Socrate était président du Conseil des Cinq-Cents. Sous la tyrannie des Trente, qui dura huit mois, il lui fut interdit d’enseigner.

Les dix dernières années de la vie de Socrate sont presque totalement inconnues.
 

Le procès de Socrate

Plusieurs membres de la classe dirigeante athénienne affirmèrent voir en lui un esprit pervertissant les valeurs morales traditionnelles et donc un danger pour l’ordre social. En avril 399 av. J.-C., Socrate se vit accuser par Mélétos des deux crimes suivants, découpés en trois chefs d'accusation :

  1. "ne pas reconnaître les dieux que reconnaît la cité" : Socrate ne nie pas les dieux mais il en donne une nouvelle représentation ;
  2. introduire "des divinités nouvelles" : Socrate croyait en un démon personnel, une voix ou un signe qui le prévenait ;
  3. "corrompre les jeunes gens" : il enseigne les deux faits antérieurs.

Dans un premier temps, 501 jurés furent réunis pour son jugement. Socrate refusa de lire un discours de défense qui avait été écrit à son attention par Lysias et préféra raconter sa vie aux jurés. Cette attitude lui valut d'être jugé coupable avec 281 voix contre lui.

Dans un second temps, il est question de choisir la peine encourue par Socrate reconnu coupable : la mort ou une forte amende. Pour inciter les parties à une plus grande modération, les juges devaient choisir parmi les propositions des deux parties du procès (l'accusateur Mélétos et l'accusé Socrate) celle qui leur paraissait la plus raisonnable. Socrate avait donc la possibilité de proposer une peine qui pût être acceptée par les juges. Moqueur, il proposa de payer une amende de 25 drachmes (autrement dit, presque rien), et il poussa l'insolence jusqu'à réclamer d'être hébergé et nourri au Prytanée pour le reste de ses jours, par égard pour ce qu'il avait fait au bénéfice de la cité.

Cette attitude exaspéra les juges et Socrate fut condamné à mort avec 60 voix de plus. Il fut alors contraint de boire un poison mortel, la ciguë. Ayant eu, pendant son emprisonnement, l’occasion de s’enfuir, il refusa de le faire au motif que le respect des lois de la cité était plus important que sa propre personne.
 

La mort de Socrate

Socrate mourut en mai ou juin 399 av. J.-C. Il passa les jours qui précédèrent sa mort à dialoguer avec ses amis.

Le reste d’Athènes, par la suite, prit très mal la condamnation de Socrate. Les Athéniens qui avaient participé à sa condamnation furent bannis de la cité et une statue fut érigée pour perpétuer son souvenir.

La mort de Socrate reste un fondement de la philosophie moderne, des attitudes et comportements face à la mort elle-même ; les héros homériques laissent place aux héros pensants, mourir pour ce que l'on croit devient, à l'époque, aussi prestigieux que de mourir par les armes. C'est par sa mort que Socrate influença le monde.

Les Grands socratiques fonderont leur école plus tard : ce sera l'Académie de Platon et le Lycée d'Aristote (qui ne connut pas Socrate). - source -
 

Connais-toi toi-même.

Dans tous les cas, mariez-vous. Si vous tombez sur une bonne épouse, vous serez heureux ; et si vous tombez sur une mauvaise, vous deviendrez philosophe, ce qui est excellent pour l'homme.

Rien n'est trop difficile pour la jeunesse.

Nous ne nous approchons de la vérité que dans la mesure où nous nous éloignons de la vie.

Le bonheur, c'est le plaisir sans remords.

Mieux vaut encore subir l'injure que la commettre.

Nos jeunes aiment le luxe, ont de mauvaises manières, se moquent de l'autorité et n'ont aucun respect pour l'âge. Les enfants sont des tyrans.

La première clé de la grandeur est d'être en réalité ce que nous semblons être.

Un homme doit-il se marier ? Quoiqu'il fasse, il se repentira.

Ceux qui désirent le moins de choses sont les plus près des dieux.

Une vie sans examen ne vaut pas la peine d'être vécue.

Un homme qui a faim n'examine pas la sauce.

Vous pouvez cacher aux autres une action répréhensible, mais jamais à vous-même.

Si un âne te donne un coup de pied, ne le lui rends pas.

Tout ce que je sais, c'est que je ne sais rien.

Il n'y a point de travail honteux.

Le mal vient de ce que l'homme se trompe au sujet du bien.

Les gens qu'on interroge, pourvu qu'on les interroge bien, trouvent d'eux-mêmes les bonnes réponses.

On compte plus facilement ses moutons que ses amis.

Un trésor de belles maximes est préférable à un amas de richesses.

La sagesse commence dans l'émerveillement.

Que voulez-vous que je lui apprenne ? Il ne m'aime pas.

Quelques auteurs :
- Jean Anouilh
- Bossuet
- Alexis Carrel
- Epictète
- Jean Guéhenno
- Michel Houellebecq
- Alphonse Karr
- Gustave Le Bon
- Montherlant
- Marcel Proust
- Jules Renard
- Aurélien Scholl
- Talleyrand
- Vauvenargues

Tous les auteurs

Quelques thèmes :
- Bonheur
- Jeunesse
- Mariage
- Plaisir
- Vie / Vivre

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- Agora

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK