|  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
William Shakespeare
.
William SHAKESPEARE    (1564 - 1616)
(-) Fermer la biographie
William Shakespeare (né probablement le 23 avril 1564, mort le 23 avril 1616) est largement considéré comme le plus grand poète, dramaturge et écrivain de la culture anglo-saxonne.

Shakespeare est l’un des rares dramaturges à avoir pratiqué aussi bien la comédie que la tragédie. Il écrivit trente-sept œuvres dramatiques entre 1580 et 1613..

On mesure l’influence de Shakespeare sur la culture anglo-saxonne en observant les nombreuses références qui lui sont faites, que ce soit à travers des citations, des titres d’œuvres ou les innombrables adaptations de ses travaux. Ne dit-on pas aussi de l'anglais qu'il est « la langue de Shakespeare » ?.

La plupart des spécialistes s’accordent à dire qu’il existe désormais assez de traces historiques pour définir en détail la vie de Shakespeare. Ces « traces » sont constituées principalement par des documents officiels..

William Shakespeare naît probablement le 23 avril 1564 à Stratford-upon-Avon, dans le Warwickshire (centre), en Angleterre. Son père, John Shakespeare, était un gantier et marchand de cuir prospère, un notable de la ville de Stratford..

Le 28 novembre 1582, à Temple Grafton, près de Stratford, Shakespeare épouse Anne Hathaway, de 8 ans son aînée. Anne était enceinte de trois mois. Après son mariage, Shakespeare ne laisse que de rares traces dans les registres historiques, avant de réapparaître sur la scène artistique londonienne..

On sait que, le 26 mai 1583, Susanna, premier enfant de Shakespeare, est baptisée à Stratford. Des jumeaux, Hamnet et Judith, sont baptisés quelque temps plus tard, le 2 février 1585. Hamnet, son unique fils, connaît un funeste destin, puisqu’il meurt à l'âge de onze ans. Beaucoup suggèrent que ce décès inspira au dramaturge la tragédie Hamlet (env. 1601)..

En 1592, la trace de Shakespeare réapparaît à Londres, où il est enregistré en tant qu’acteur et dramaturge. À ce stade, il a déjà suffisamment de réputation pour être ouvertement critiqué par Robert Greene, qui parle de lui comme d’un « corbeau arrogant, embelli par nos plumes. (...) En plus d’être un misérable scribouillard, il se met en scène dans sa dramatique vanité. ».

On peut donc conjecturer qu’il a dû être sur la scène londonienne depuis un certain temps, et les spécialistes estiment qu’il a quitté Stratford vers 1587..

Shakespeare devient acteur, écrivain et finalement sociétaire d’une compagnie théâtrale, connue sous le nom de « The Lord Chamberlain’s Men », troupe pour laquelle il écrit exclusivement depuis 1594. En plus de jouer lui-même dans ses propres œuvres, il apparaît également en tête d'affiche de pièces de Ben Jonson : en 1598 dans Chaque homme dans son caractère (Every Man In His Humour) et en 1603 dans Sejanus. La compagnie devient très populaire : après la mort d’Élisabeth Ire et le couronnement du roi Jacques Ier (1603), le nouveau monarque adopte la troupe qui porte désormais le nom des « Hommes du Roi » (King’s Men). La troupe finit par devenir résidente du théâtre du Globe..

Plus tard, divers documents provenant des tribunaux ou des registres commerciaux montrent que Shakespeare est devenu suffisamment riche pour s’acheter une propriété dans le quartier londonien de Blackfriars (rive sud de la Tamise). À cette époque, il possède également une grande propriété à Stratford..

Vers 1611, Shakespeare décida de prendre sa retraite. Il mourut le 23 avril 1616, à l’âge de 52 ans. Il resta marié à Anne jusqu’à sa mort et ses deux filles lui survécurent. Même si elles eurent elles-mêmes des enfants, aucun d’eux n’aurait assuré la survie de la lignée de William Shakespeare..

Shakespeare est enterré dans le chœur de l’église de la Trinité à Stratford-upon-Avon..La légende populaire veut que des œuvres inédites reposent dans la tombe de Shakespeare. - source -

Un peu de chagrin prouve beaucoup d'amour, mais beaucoup de chagrin montre trop peu d'esprit.  (Roméo et Juliette)

La jalousie est un monstre qui s'engendre lui-même et naît de ses propres entrailles.  (Othello)

La bonté fait du bien à celui qui donne et à celui qui reçoit.

Vois comme cette petite chandelle rayonne au loin sa lumière ! Ainsi rayonne une bonne action dans un monde malveillant.

Celui qui peut sourire alors qu'on l'a volé vole lui-même quelque chose à son voleur.  (Hamlet)

L'orgueil n'a pour se montrer d'autre miroir que l'orgueil.  (Troïlus et Cressida)

Le mal que fait un homme vit après lui ; souvent ses bonnes actions vont dans la terre avec ses os.  (Jules César)

L'amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l'âme.  (Le Songe d'une nuit d'été)

Misérable est l'amour qui se laisserait mesurer.  (Antoine et Cléopâtre)

Le fou, l'amoureux et le poète sont farcis d'imagination.  (Le Songe d'une nuit d'été)

Le sang s'enflamme plus vite à relancer un lion qu'à faire lever un lièvre !  (Henry IV)

Tout ce qu'un homme peut oser, je l'ose.  (Macbeth)

Le chagrin, ce ver rongeur de la beauté.  (La Tempête)

Ma bibliothèque m'était un assez grand duché.  (La Tempête)

Rien n'est bon ni mauvais en soi, tout dépend de ce que l'on en pense.  (Hamlet)

Serais-tu aussi chaste que la glace et pure que la neige que tu n'échapperais pas à la calomnie.  (Hamlet)

Condamner la faute et non son auteur ?  (Mesure pour mesure)

L'eau coule paisible là où le courant est profond.  (Henry VI)

C'est insane idolâtrie qu'un culte l'emporte en grandeur sur le dieu.  (Troïlus et Cressida)

Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent nos existences.  (Le Roi Lear)

La pensée est l'esclave de la vie, et la vie est le fou du temps.  (Henry IV)

Un feu léger est vite étouffé : si vous le laissez faire, des rivières ne sauraient l'éteindre.  (Henry VI)

Etre ou ne pas être : voilà la question.  (Hamlet)

L'on m'a dit aussi que vos vous fardiez. Fort bien ! Dieu vous a donné un visage, et vous vous en fabriquez un autre.  (Hamlet)

Semblez être la fleur innocente, mais soyez le serpent qu'elle dissimule.  (Macbeth)

Voilà bien les Français. Ils tournent à tout vent.  (Richard VI)

C'est une grande chose que l'instinct ; j'ai été poltron par instinct.  (Henry IV)

Oh ! attention, monseigneur, à la jalousie ; c'est le monstre aux yeux verts qui tourmente la proie dont il se nourrit.  (Othello)

La jeunesse est une étoffe qui ne fait point d'usage.  (La Nuit des rois)

Tu m'as enseigné le langage, et le seul profit que j'en ai tiré, c'est de savoir maudire.  (La Tempête)

Si vous avez des larmes, préparez-vous à les verser.  (Jules César)

Les larmes prouvent leur amour, elles n'apportent pas leur remède.  (Richard II)

Ni le pavot, ni la mandragore, ni tous les sirops narcotiques du monde ne te rendront jamais par médecine ce doux sommeil que tu avais hier.  (Othello)

Le monde entier est un théâtre.  (Comme il vous plaira)

Ce pays inconnu d'où nul voyageur ne revient...  (Hamlet)

Les hommes doivent souffrir leur départ comme leur venue ici-bas ; le tout est d'être prêt.  (Le Rois Lear)

Toute nuée n'engendre pas la tempête.  (Henry VI)

Il ne suffit pas de parler, il faut parler juste.  (Le Songe d'une nuit d'été)

Les hommes qui parlent le moins sont les plus vaillants.  (Henry V)

Je suis moins pécheur que victime du péché.  (Le Roi Lear)

L'un s'élève par péché, l'autre tombe par vertu.  (Mesure pour mesure)

Il pense trop. Ce genre d'homme est dangereux.  (Jules César)

Un roi soupire-t-il, c'est tout un peuple aussitôt qui gémit.  (Hamlet)

Je donnerai mon vaste royaume pour une petite tombe, une petite, petite tombe, une tombe obscure.  (Richard II)

Pesez des serments avec des serments et vous pèserez le néant.  (Le Songe d'une nuit d'été)

Nous sommes faits de la même étoffe que les songes de notre petite vie, un somme la parachève.  (La Tempête)

Affectez du moins l'apparence de la vertu.  (Hamlet)

Il est dangereux d'être trop zélé.  (Hamlet)

Celui qui persiste à suivre avec fidélité un maître déchu est le vainqueur du vainqueur de son maître.  (Antoine et Cléopâtre)

La jeunesse qui se borne au logis a toujours l'esprit borné.  (Les deux gentilshommes de Vérone)

Si la connaissance est le but, te connaître doit suffire.  (Peines d'amour perdues)

Le passé est un prologue.  (La Tempête)

Qui néglige les marques de l'amitié, finit par en perdre le sentiment.

Quelle pitié que les fous ne puissent parler avec sagesse des folies que font les sages.

Qui n'a plus d'espoir n'aura plus de regrets.  (Hamlet)

L'espérance d'une joie est presque égale à une joie.

Quand l'argent précède, toutes les portes s'ouvrent.

Je veux m'allier au noir désespoir contre mon âme et devenir l'ennemie de moi-même !

La conscience n'est qu'un mot à l'usage des lâches, inventé tout d'abord pour tenir les forts en respect.  (Richard III)

Demain, et demain, et demain ! C'est ainsi que, à petits pas, nous nous glissons de jour en jour jusqu'à la dernière syllabe du temps inscrit sur le livre de notre destinée.

L'esprit oublie toutes les souffrances quand le chagrin a des compagnons et que l'amitié le console.  (Le Rois Lear)

Il n'est pas de vice si simple qui n'affiche des dehors de vertu.  (Le Marchand de Venise)

Je tiens ce monde pour ce qu'il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle.  (Le Marchand de Venise)

Il est des gens qui n'embrassent que des ombres ; ceux-là n'ont que l'ombre du bonheur.  (Le Marchand de Venise)

Mieux vaut mourir incompris que passer sa vie à s'expliquer.

Dès que nous naissons, nous pleurons d'être venus sur ce grand théâtre de fous.  (Le Roi Lear)

L'amour contient tout juste ce qu'il faut pour l'éteindre.

Une parole honnête fait impression quand elle est dite simplement.  (Richard III)

La pitié devrait être la vertu de la loi.

Les lâches meurent plusieurs fois avant leur mort véritable ; les braves ne goûtent la mort qu'une seule fois.

Le sang attire le sang.  (Macbeth)

La réflexion fait de nous des lâches.

Tout esclave a en main le pouvoir de briser sa servitude.  (Jules César)

Le passé est un prologue.  (La Tempête)

Pour tromper le monde, ressemblez au monde.  (Macbeth)

Un esprit sensible ne convient pas à qui porte une épée.  (Le Roi Lear)

J'aimerais mieux une folie qui me rendrait gaie qu'une expérience qui me rendrait triste.  (Comme il vous plaira)

Nos doutes nous assaillent et nous font échouer. Et nous manquons le but que nous pourrions atteindre par crainte seulement de ne point l'atteindre.

Là où loge le souci, le sommeil ne s'abat jamais.  (Roméo et Juliette)

Regarde avec tes oreilles.  (Le Roi Lear)

La vérité a un coeur tranquille.  (Richard II)

Les frelons ne sucent pas le sang des aigles mais pillent les ruches des abeilles.  (Henry VI)

La vertu accouplée à la beauté, c'est le miel servant de sauce au sucre.  (Comme il vous plaira)

La laideur est moins horrible chez un démon que chez une femme.  (Le Roi Lear)

Est bien payé qui est bien satisfait.  (Le Marchand de Venise)

Qui veut élever en un instant une flamme puissante commence par l'allumer avec de faibles brins de paille.  (Jules César)

Etre furieux, c'est être vaillant par excès de peur.  (Antoine et Cléopâtre)

Juger autrui, c'est se juger.

Se lamenter sur un malheur passé, voilà le plus sûr moyen d'en attirer un autre.

La passion s'accroît en raison des obstacles qu'on lui oppose.  (Tout est bien qui finit bien)

Les serments les plus forts ne sont que de la paille dans le brasier des sens.  (La Tempête)

L'amour, c'est le soleil après la pluie, et la luxure, c'est l'orage après le soleil.  (Vénus et Adonis)

Le fou se croit sage et le sage se reconnaît fou.  (Comme il vous plaira)

L'amour des jeunes gens n'est pas vraiment dans le coeur, il n'est que dans les yeux.  (Roméo et Juliette)

On peut faire beaucoup avec la haine, mais encore plus avec l'amour.

Pense avant de parler et pèse avant d'agir.  (Hamlet)

La poésie est cette musique que tout homme porte en soi.

Plus le corps est faible, plus la pensée agit fortement.  (Hamlet)

Ce que l'amour peut faire, l'amour ose le tenter.  (Roméo et Juliette)

C'est un malheur du temps que les fous guident les aveugles.  (Le Rois Lear)

En toute chose on est plus ardent à la poursuite qu'à la jouissance.  (Le Marchand de Venise)

Conquête trop aisée est bientôt méprisée.  (La Tempête)

La beauté provoque le larron plus que l'or.  (Comme il vous plaira)

C'est perdre la vie que de l'acheter par trop de soucis.  (Le Marchand de Venise)

Les dangers visibles nous causent moins d'effroi que les dangers imaginaires.

Quelques auteurs :
- Alphonse Allais
- Louis de Bonald
- Albert Camus
- Jean Dutourd
- Jean Giraudoux
- Edouard Herriot
- Joseph Joubert
- La Rochefoucauld
- Montaigne
- Plutarque
- Raymond Radiguet
- George Sand
- Mark Twain
- Oscar Wilde

Tous les auteurs

Quelques thèmes :
- Amour
- Chagrin
- Jalousie
- Orgueil
- Sourire

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- Agora
- Comédie française

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK