|  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
André Maurois
.
Emile Salomon Wilhelm Herzog, dit
André MAUROIS    (1885 - 1967)
(-) Fermer la biographie
André Maurois, de son nom d'origine Émile Salomon Wilhelm Herzog, est un écrivain français né le 26 juillet 1885 à Elbeuf et mort le 9 octobre 1967 à Neuilly-sur-Seine.
 

Biographie

Issu d'une riche famille d'industriels juifs alsaciens, André Maurois a pour professeur au lycée de Rouen le philosophe Alain, à qui il sera redevable de son orientation esthétique. Il préfère en effet la carrière d'écrivain à la direction de l'usine familiale et s'illustre d'abord par des romans qui lui gagnent un public féminin : Climats, Les Roses de septembre.

Interprète militaire et officier de liaison pendant la Première Guerre mondiale, il écrit en 1918 Les Silences du colonel Bramble, qui connaîtra un vif succès, tant en France que dans les pays anglo-saxons, et qui sera suivi des Discours du docteur O'Grady. Les évènements de cette Guerre lui fournissent son pseudonyme "Maurois", nom d'un village du Nord de la France.

Après la guerre, il a fait partie de la rédaction du journal des Croix-de-feu, Le Flambeau.

Mais c'est dans ses biographies que l'écrivain excelle : il les consacre, avec une fraternité inspirée, à des écrivains comme Shelley, Victor Hugo, George Sand ou Balzac, mais aussi à des personnages politiques comme Disraeli et le général Lyautey, ou scientifiques comme Alexander Fleming .

Revendiquant une "plume d'instituteur", il est également très apprécié dans le monde anglo-saxon pour ses Histoires d'Angleterre et des États-Unis. Il a en outre écrit une Histoire de France fort complète, mais non dépourvue de prises de position, et par laquelle il cherche à sensibiliser son lecteur au destin unique de la France.

Il écrit également pour la jeunesse, avec Le Pays des trente-six mille volontés ou Patapoufs et Filifers, fable prophétique évoquant l'absurdité de la constitution des groupes humains autour de simples critères physiques (ici, la minceur et l'obésité). Il signe encore plusieurs ouvrages de science-fiction comme Le Chapitre suivant ou Le Peseur d'âmes.

André Maurois est élu à l'Académie française le 23 juin 1938.

Il meurt le 9 octobre 1967, à Neuilly-sur-Seine. - source -
 

L'amour supporte mieux l'absence ou la mort que le doute ou la trahison.

Le mélange de l'admiration et de la pitié est une des plus sûres recettes de l'affection.  (Ariel ou La Vie de Shelley)

La certitude d'être aimé donne beaucoup de grâce à un esprit timide en lui rendant le naturel.  (De la conversation)

Il y a dans tous les succès humains une part mal définie de bonheur.  (Lyautey)

Le bonheur est une fleur qu'il ne faut pas cueillir.  (Mémoires)

On ne fait pas de grandes choses sans être une brute.  (Le Cercle de famille)

Il n'y a qu'un cynique qui puisse être idéaliste sans danger pour ses contemporains.  (Ni ange ni bête)

Nos destinées et nos volontés jouent presque toujours à contretemps.  (Climats)

On n'aime pas une femme pour ce qu'elle dit ; on aime ce qu'elle dit parce qu'on l'aime.  (De la conversation)

Il ne suffit pas d'avoir de l'esprit. Il faut en avoir encore assez pour s'abstenir d'en avoir trop.  (De la conversation)

La mort ne peut être pensée puisqu'elle est absence de pensée. Il faut donc vivre comme si nous étions éternels.  (Ce que je crois)

Ce que les hommes vous pardonnent le moins, c'est le mal qu'ils ont dit de vous.  (De la conversation)

Un mariage heureux est une longue conversation qui semble toujours trop brève.  (Mémoires)

Il est injuste et absurde de rendre les êtres comptables de leurs promesses.  (Climats)

L'art du mariage est de passer de l'amour à l'amitié... sans sacrifier l'amour.

Les amours et les haines des peuples sont fondées, non sur des jugements, mais sur des souvenirs, des craintes et des fantômes.  (Mes songes que voici)

Il est plus facile de mourir pour la femme qu'on aime que de vivre avec elle.

Si nous versons des larmes pour les petites choses, il est des douleurs trop grandes pour pleurer.

Dans une discussion, le difficile, ce n'est pas de défendre son opinion, c'est de la connaître.

Les abus de la liberté tueront toujours la liberté.

Certaines femmes ne demandent à une amie de tenir une confidence secrète que pour mieux répandre une nouvelle.  (De la conversation)

C'est dans le malheur que tu compteras de nombreux amis. Etre le confident du bonheur exige des vertus plus rares.  (De la conversation)

Le mariage n'est pas un accouplement : c'est un établissement.  (Terre promise)

Le célibataire aura toujours cette grande infériorité qu'il ne connaît, de toute une moitié de l'humanité, qu'un aspect romanesque ou critique.

La sérénité est une conquête.

Le bonheur n'est jamais immobile ; le bonheur c'est le répit de l'inquiétude.  (Climats)

Notre crainte des autres vient de ce qu'ils cherchent à nous transformer en objets pour assurer leur propre liberté.  (Ce que je crois)

La sincérité est de verre ; la discrétion est de diamant.  (Conseils à une jeune fille qui dit tout ce qu'elle pense)

Les prétextes n'ont jamais besoin d'être vraisemblables ; autrement, ils seraient des raisons, non pas des prétextes.

Nos fautes sont vouées à l'oubli et c'est ce qu'elles méritent.

Le désaccord avec soi-même est le pire des maux.

Au lieu de raturer sur un passé q'on ne peut abolir, essayez de construire un présent dont vous serez ensuite fier.

L'homme qui médite sur lui-même trouveras toujours mille raisons d'être malheureux.

Il faut vivre pour autre chose que pour soi.

La vie est courte, même pour ceux qui passent leur temps à la trouver longue.

Ecouter sans protester un tiers dire du mal d'un ami, c'est déjà trahir.

Le monde progresse grâce aux choses impossibles qui ont été réalisées.

L'opportunisme du coeur est la seule sagesse sentimentale.  (Climats)

Toute affaire que l'on me propose est mauvaise, car si elle était bonne, on ne me la proposerait pas.  (Bernard Quesnay)

Le bonheur est une décision que nous prenons d'être heureux quoi qu'il arrive.

Une lecture, c'est comme les auberges espagnoles, on n'y trouve que ce que l'on y apporte.

Le bonheur que l'on attend est plus beau que celui dont on jouit...  (Les Roses de septembre)

Ils avaient des goûts communs et de métiers différents : c'est la recette même de l'amitié.

Plus savants, plus puissants, les hommes sont aujourd'hui plus malheureux que jamais.  (Ce que je crois)

Si nous connaissions les autres comme nous-mêmes, leurs actions les plus condamnables nous paraîtraient mériter l'indulgence.

Le retard est la politesse des artistes...  (Les Roses de septembre)

Etre exigeant, c'est montrer de l'intérêt.  (Lettres à l'inconnue)

On se fatigue de tout, même d'être aimé.  (Lettres à l'inconnue)

Le vrai mal de la vieillesse n'est pas l'affaiblissement du corps, c'est l'indifférence de l'âme.  (L'art de vivre)

Tout homme est stupéfait par ce que les autres pensent de lui.  (Olympio)

Quelques auteurs :
- Jean Anouilh
- Napoléon Bonaparte
- François Cavanna
- Alex. Dumas, fils
- André Gide
- Edouard Herriot
- Jean de La Bruyère
- Reine Malouin
- Friedrich Nietzsche
- Marcel Proust
- Jules Renard
- George B. Shaw
- Mark Twain
- Voltaire
- Oscar Wilde

Tous les auteurs

Quelques thèmes :
- Absence
- Bonheur
- Idéalisme
- Orgueil
- Religion

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- Académie française

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK