|  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
Jean Guéhenno
.
Marcel Jules Marie Guéhenno, dit
Jean GUÉHENNO
   (1890 - 1978)
(-) Fermer la biographie
Marcel Jules Marie Guéhenno, dit Jean Guéhenno, est un écrivain et critique littéraire français, né le 25 mars 1890 à Fougères (Ille-et-Vilaine) et mort le 22 septembre 1978 à Paris.
 

Biographie

Fils d’un cordonnier breton, il fut contraint d’abandonner l’école à quatorze ans pour s’engager comme ouvrier dans une usine de galoches, ce qui ne l’empêcha pas de continuer à étudier seul, après ses journées de travail. Il obtint son baccalauréat, puis réussit le concours d’entrée à l’École normale supérieure, et enfin l’agrégation, qui lui ouvrirent les portes de l’enseignement secondaire.

Après avoir servi pendant la Première Guerre mondiale comme officier d’infanterie, Jean Guéhenno devient professeur de Khâgne (littérature) aux lycées Lakanal, Henri-IV et Louis-le-Grand. Il acheva sa carrière dans l’Éducation nationale comme inspecteur général.

Il se consacra par ailleurs à la critique littéraire — à travers notamment une étude approfondie de l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau — et à l’écriture de nombreux ouvrages, dans lesquels il proposait un humanisme original.

C’est à cet humanisme que ressortit l’engagement politique de Jean Guéhenno entre les deux guerres. En 1927, il signe avec, notamment, Alain, Lucien Descaves, Louis Guilloux,... la pétition contre la loi sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre, qui abroge toute indépendance intellectuelle et toute liberté d’opinion. Cette pétition paraît dans le numéro du 15 avril de la revue Europe dont il deviendra le directeur de 1929 à 1936. Puis il fonde l’hebdomadaire Vendredi.

Son engagement le conduit tout naturellement à rejoindre la résistance lors de la Seconde Guerre mondiale. Il poursuit clandestinement son activité littéraire, sous le pseudonyme de Cévennes.

Au Figaro, après 1945, il resta fidèle à l’exigence morale et à la rigueur qui avaient marqué sa jeunesse, et que l’on trouve exprimées dans la part autobiographique de son œuvre : Journal d’un homme de quarante ans (1934), Journal des années noires, 1940-1944 (1947), Carnets du vieil écrivain (1971).

Jean Guéhenno fut élu à l’Académie française le 25 janvier 1962.

Jean Guéhenno est mort à Paris le 22 septembre 1978. - source -
 

La fraternité est ce qui distingue les humains. Les animaux ne connaissent que l'amour.

L'amour est cette merveilleuse chance qu'un autre vous aime encore quand vous ne pouvez plus vous aimer vous-même.

Il s'agit d'aider chacun à devenir soi, le meilleur «soi». Ce serait cela la démocratie.

Nous vivons tous entre notre vanité qui nous perd et notre orgueil qui nous sauve.

On défend bien plus férocement sa chance que son droit.

Les livres ne font que rendre ce qu'on leur donne.

Tout est sauvé si l'on demeure capable d'étonnement.

Chacun de nous se promène avec bienveillance dans cette galerie de portraits de lui-même qu'est sa mémoire.

L'histoire des hommes n'a jamais été que celle de leur faim.

Un professeur est un homme qui pense mieux devant les autres, avec les autres et pour les autres, que seul et pour lui seul.

Nous vivons une vie, nous en rêvons une autre, mais celle que nous rêvons est la vraie.

Le souvenir de l'effort est toujours un souvenir heureux et l'on sourit aux anciennes misères vaincues.

Il y a deux catégories de télévisions : la télévision intelligente qui fait des citoyens difficiles à gouverner et la télévision imbécile qui fait des citoyens faciles à gouverner.

On n'a pas d'autre maître que soi-même ; il faut que ce maître soit dur.

L'homme de l'avenir vaudra ce que vaudront ses loisirs.

Un livre est un outil de liberté.

La vraie lecture commence quand on ne lit plus pour se distraire et se fuir, mais pour se trouver.

On plaint plus souvent qu'on admire, même si l'on aime mieux soi-même être admiré que plaint.

Nos manques nous servent presque autant que nos biens.

Toute vraie culture n'est qu'intérieure. (Ce que je crois)

Quelques auteurs :
- Hazrat Ali
- Georges Bataille
- Paul Claudel
- René Descartes
- Epictète
- Anatole France
- Sacha Guitry
- Victor Hugo
- Lamartine
- Reine Malouin
- Platon
- Ernest Renan

- Sénèque

- Tacite
- Vauvenargues

Tous les auteurs

Quelques thèmes :
- Amour
- Destin
- Liberté
- Orgueil
- Vanité

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- Académie française

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK