|  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
Emil Michel Cioran
.
Emil Michel CIORAN   (1911 - 1995)
(-) Fermer la biographie
Emil Michel Cioran, né le 8 avril 1911 à Răşinari en Roumanie (alors Autriche-Hongrie) et mort le 20 juin 1995 à Paris, est un philosophe, moraliste et écrivain roumain, d'expression roumaine puis française.

Après quelques années de vie heureuse à Răşinari, petit village de Transylvanie, il est traumatisé par un déménagement vers la ville de Sibiu. Ce choc, ainsi que les relations difficiles avec sa mère et sa nature insomniaque façonnent rapidement sa vision pessimiste du monde et son tempérament dépressif.

Il fait des études de philosophie à Bucarest et à Berlin. À 22 ans, il publie Sur les cimes du désespoir, qui le consacre d'emblée au panthéon des grands écrivains roumains. Dans son pays, il fréquente le mouvement fasciste et antisémite de la Garde de fer.

Cioran s'installe à Paris pendant l'occupation. Il abandonne alors toute idéologie pour se consacrer à l'écriture. Il est fortement influencé par la philosophie nihiliste, en particulier Schopenhauer et Spengler, mais également par Nietzsche.
Son œuvre, essentiellement composée de recueils d'aphorismes, marquée par l'ascétisme et l'humour, connaît un succès grandissant.

Après la guerre, les communistes ayant interdit ses livres en Roumanie, Cioran s'établit définitivement à Paris, vivant assez pauvrement, écrivant désormais en français. Il est entouré par des penseurs et des écrivains tels que Eugène Ionesco, Mircea Eliade ou Samuel Beckett, et par quelques lecteurs fanatiques mais peu nombreux.

L'œuvre de Cioran est marquée du sceau du pessimisme, du scepticisme et de la désillusion. En 1973, il publie son œuvre la plus marquante : De l'inconvénient d'être né. En 1987, il publie son ultime ouvrage, Aveux et anathèmes. - source -

Espérer, c'est démentir l'avenir.

On ne découvre une saveur aux jours que lorsqu'on se dérobe à l'obligation d'avoir un destin.

Quelques générations encore, et le rire, réservé aux initiés, sera aussi impraticable que l'extase.

Une civilisation débute par le mythe et finit par le doute.

Tout désespoir est un ultimatum à Dieu.

Le sceptique est le désespoir du diable. C'est que le sceptique, n'étant l'allié de personne, ne pourra aider ni au bien ni surtout au mal. Il ne coopère avec rien, même pas avec soi.

L'échec, toujours essentiel, nous dévoile à nous-mêmes, il nous permet de nous voir comme Dieu nous voit, alors que le succès nous éloigne de ce qu'il y a de plus intime en nous et en tout.

Il tombe sous le sens que Dieu était une solution, et qu'on n'en trouvera jamais une aussi satisfaisante.

Plus les hommes s'éloignent de Dieu, plus ils avancent dans la connaissance des religions. (De l'inconvénient d'être né)

L'homme accepte la mort, mais non l'heure de sa mort. Mourir n'importe quand, sauf quand il faut que l'on meure.

Il n'est qu'un esprit lézardé pour avoir des ouvertures sur l'au-delà.

La pâleur montre jusqu'où le corps peut comprendre l'âme.

La musique est le refuge des âmes ulcérées par le bonheur.

Serf, ce peuple bâtissait des cathédrales ; émancipé, il ne construit que des horreurs.

Rien ne dessèche tant un esprit que sa répugnance à concevoir des idées obscures.  (Syllogismes de l'amertume)

Il y a du charlatan dans quiconque triomphe en quelque domaine que ce soit.

Un homme ennuyeux est un homme incapable de s'ennuyer.

Shakespeare : rendez-vous d'une rose et d'une hache.

Le français : idiome idéal pour traduire délicatement des sentiments équivoques.

L'histoire des idées est l'histoire de la rancune des solitaires.  (Syllogismes de l'amertume)

Je crois au salut de l'humanité, à l'avenir du cyanure...

La malhonnêteté d'un penseur se reconnaît à la somme d'idées précises qu'il avance.

Les romantiques furent les derniers spécialistes du suicide. Depuis, on le bâcle...

La tristesse : un appétit qu'aucun malheur ne rassasie.

En vieillissant, on apprend à troquer ses terreurs contre ses ricanements.

Toutes les eaux sont couleur de noyade.

Puisqu'on ne se souvient que des humiliations et des défaites, à quoi donc aura servi le reste ?

Ces enfants dont je n'ai pas voulu, s'ils savaient le bonheur qu'ils me doivent !

L'espoir est une vertu d'esclaves.

Je donnerais tous les paysages du monde pour celui de mon enfance.

Le scepticisme est l'élégance de l'anxiété.

Donnez un but précis à la vie : elle perd instantanément son attrait.

Le progrès est l'injustice que chaque génération commet à l'égard de celle qui l'a précédée.

Commencer en poète et finir en gynécologue ! De toutes les conditions, la moins enviable est celle d'un amant.

Objection contre la science : ce monde ne mérite pas d'être connu.

La compassion n'engage à rien, d'où sa fréquence. Nul n'est jamais mort ici-bas de la souffrance d'autrui.

On n'écrit pas parce qu'on a quelque chose à dire mais parce qu'on a envie de dire quelque chose.

Il est inélégant de se plaindre de la vie tant qu'on peut s'aménager une heure de solitude par jour.

La solitude est l'aphrodisiaque de l'esprit, comme la conversation celui de l'intelligence.

Pourquoi nous retirer et abandonner la partie, quand il nous reste tant d'êtres à décevoir ?

Avec quelle quantité d'illusions ai-je dû naître pour pouvoir en perdre une chaque jour !

Je ne crois pas avoir raté une seule occasion d'être triste.

Celui qui a vécu jusqu'au bout l'orgueil de la solitude n'a plus qu'un rival : Dieu.

Si l'on pouvait se voir avec les yeux des autres, on disparaîtrait sur le champ.

Tout n'est pas perdu, tant qu'on est mécontent de soi.

On n'habite pas un pays, on habite une langue. Une patrie, c'est cela et rien d'autre.

J'ai commis tous les crimes, hormis celui d'être père.

Sur le plan spirituel, toute douleur est une chance ; sur le plan spirituel seulement.

L'homme libre ne s'embarrasse de rien, même pas de l'honneur.  (Cahiers 1957-1972)

Ce n'est pas la peur d'entreprendre, c'est la peur de réussir, qui explique plus d'un échec.  (De l'inconvénient d'être né)

Quelques auteurs :
- Michel Audiard
- Nicolas Boileau
- Gilbert Cesbron
- Denis Diderot
- R. Guilleaumes
- Eugène Ionesco
- Joseph Joubert
- Sören Kierkegaard
- Érard de La Reid
- Reine Malouin

- Plutarque

- Raymond Radiguet
- Socrate
- Tacite
- Virgile

Tous les auteurs

Quelques thèmes :
- Bêtise
- Désespoir
- Pessimisme
- Suicide
- Vie / Vivre

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- PlanetCioran
- Agora

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK