Share  

 

   
   

 

 |  . Citations          
 
Index des Thèmes   Index des Auteurs
   
 


 

 
 
 
 
 
 
 

 
Blaise Pascal
.
Blaise PASCAL    (1623 - 1662)
(+) Ouvrir la biographie

L'affection ou la haine change la justice de face.  (Pensées, 82 [éd. Brunschvicg])

Peu de chose nous console, parce que peu de chose nous afflige.  (Pensées, 136 [éd. Brunschvicg])

Qu'une vie est heureuse quand elle commence par l'amour et qu'elle finit par l'ambition.  (Discours sur les passions de l'amour)

Dans une grande âme, tout est grand.  (Discours sur les passions de l'amour)

L'art de persuader consiste autant en celui d'agréer qu'en celui de convaincre.  (De l'esprit géométrique)

L'homme n'est ni ange ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l'ange fait la bête.  (Pensées, 358 [éd. Brunschvicg])

Voulez-vous qu'on croie du bien de vous ? N'en dites pas.  (Pensées, 44 [éd. Brunschvicg])

D'où vient qu'un boiteux ne nous irrite pas, et un esprit boiteux nous irrite ? A cause qu'un boiteux reconnaît que nous allons droit, et qu'un esprit boiteux dit que c'est nous qui boitons.  (Pensées, 80 [éd. Brunschvicg])

Etrange zèle, qui s'irrite contre ceux qui accusent des fautes publiques, et non pas contre ceux qui les commettent !  (Les Provinciales)

Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer au repos, dans une chambre.  (Pensées, 139 [éd. Brunschvicg])

Les rivières sont des chemins qui marchent et qui portent où l'on veut aller.  (Pensées, 17 [éd. Brunschvicg])

(Dieu) Console-toi, tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais trouvé.  (Pensées, 553 [éd. Brunschvicg])

Le nez de Cléopâtre : s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé.  (Pensées, 162 [éd. Brunschvicg])

La multitude qui ne se réduit pas à l'unité est confusion ; l'unité qui ne dépend pas de la multitude est tyrannie.  (Pensées, 871 [éd. Brunschvicg])

Qu'il y a loin de la connaissance de Dieu à l'aimer !  (Pensées, 280 [éd. Brunschvicg])

Ni la contradiction n'est marque de fausseté, ni l'incontradiction n'est marque de vérité.  (Pensées, 384 [éd. Brunschvicg])

C'est le coeur qui sent Dieu, et non la raison. Voilà ce que c'est que la foi : Dieu sensible au coeur, non à la raison.  (Pensées, 278 [éd. Brunschvicg])

Le coeur a ses raisons que la raison ne connaît point ; on le sait en mille choses.  (Pensées, 277 [éd. Brunschvicg])

Que le coeur de l'homme est creux et plein d'ordure !  (Pensées, 143 [éd. Brunschvicg])

Divertissement. Les hommes n'ayant pu guérir la mort, la misère, l'ignorance, ils se sont avisés, pour se rendre heureux, de n'y point penser.  (Pensées, 168 [éd. Brunschvicg])

Qu'on laisse un roi tout seul, sans aucune satisfaction des sens, sans aucun soin de l'esprit, sans compagnie, penser à lui tout à loisir ; et l'on verra qu'un roi sans divertissement est un homme plein de misères.  (Pensées, 142 [éd. Brunschvicg])

Personne ne parle en notre présence comme il en parle en notre absence. L'union qui est entre les hommes n'est fondée que sur cette mutuelle tromperie.

Les hommes ont mépris pour la religion. Ils ont haine et peur qu'elle soit vraie.  (Pensées sur la religion)

La connaissance de Dieu sans celle de sa misère fait l'orgueil. La connaissance de sa misère sans celle de Dieu fait le désespoir.  (Pensées, sur la religion)

Il n'y a de bien en cette vie que l'espérance d'une autre vie.  (Pensées)

Il est bien plus beau de savoir quelque chose de tout que de savoir tout d'une chose ; cette universalité est la plus belle.  (Pensées, 37 [éd. Brunschvicg])

Curiosité n'est que vanité. Le plus souvent, on ne veut savoir que pour en parler.  (Pensées sur la religion)

Qu'est-ce que l'homme dans la nature ? Un néant à l'égard de l'infini, un tout à l'égard du néant, un milieu entre rien et tout.  (Pensées, 72 [éd. Brunschvicg])

Trop de jeunesse et trop de vieillesse empêchent l'esprit.

Pensée fait la grandeur de l'homme.  (Pensées, 346 [éd. Brunschvicg])

Peu de gens parlent du doute en doutant.  (Pensées)

Il n'est pas honteux pour l'homme de succomber sous la douleur et il est honteux de succomber sous le plaisir.  (Pensées)

Il est dangereux de dire au peuple que les lois ne sont pas justes, car il n'y obéit qu'à cause qu'il les croit justes.  (Pensées)

La vraie et unique vertu est de se haïr.  (Pensées)

Tout notre raisonnement se réduit à céder au sentiment.  (Pensées)

Si tous les hommes savaient ce que disent les uns des autres, il n'y aurait pas quatre amis dans le monde.  (Pensées)

Plaisante justice qu'une rivière borne ! Vérité au-deçà des Pyrénées, erreur au-delà.  (Pensées, 294 [éd. Brunschvicg])

L'éloquence continue ennuie.  (Pensées, 355 [éd. Brunschvicg])

La justice sans force est impuissante, la force sans la justice est tyrannique.  (Pensées, 298 [éd. Brunschvicg])

La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se connaît misérable. Un arbre ne se connaît pas misérable.  (Pensées, 397 [éd. Brunschvicg])

Quelle chimère est-ce donc que l'homme ? Quel nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradiction, quel prodige ! Juge de toutes choses, imbécile ver de terre ; dépositaire du vrai, cloaque d'incertitude et d'erreur ; gloire et rebut de l'univers.  (Pensées, 434 [éd. Brunschvicg])

Il n'y a que deux sortes d'hommes : les uns justes, qui se croient pécheurs ; les autres pécheurs, qui se croient justes.  (Pensées, 534 [éd. Brunschvicg])

Le moi est haïssable.  (Pensées, 455 [éd. Brunschvicg])

Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale.  (Pensées, 347 [éd. Brunschvicg])

La vraie éloquence se moque de l'éloquence, la vraie morale se moque de la morale.  (Pensées, 4 [éd. Brunschvicg])

Diseur de bons mots, mauvais caractère.  (Pensées, 46 [éd. Brunschvicg])

Se moquer de la philosophie, c'est vraiment philosopher.  (Pensées, 4 [éd. Brunschvicg])

Nous courons sans souci dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir.  (Pensées, 183 [éd. Brunschvicg])

Deux excès : exclure la raison, n'admettre que la raison.  (Pensées, 253 [éd. Brunschvicg])

La dernière démarche de la raison est de reconnaître qu'il y a une infinité de choses qui la surpassent.  (Pensées, 267 [éd. Brunschvicg])

On se persuade mieux, pour l'ordinaire, par les raisons qu'on a soi-même trouvées, que par celles qui sont venues dans l'esprit des autres.  (Pensées, 10 [éd. Brunschvicg])

Combien de royaumes nous ignorent !  (Pensées, 207 [éd. Brunschvicg])

Cromwell allait ravager toute la chrétienté ; la famille royale était perdue, et la sienne à jamais puissante, sans un petit grain de sable qui se mit dans son uretère.  (Pensées, 176 [éd. Brunschvicg])

Ce que peut la vertu d'un homme ne se doit pas mesurer par ses efforts, mais par son ordinaire.  (Pensées, 352 [éd. Brunschvicg])

Quelle religion nous enseignera donc à guérir l'orgueil et la concupiscence ?  (Pensées sur le religion)

C'est être malheureux que de vouloir et ne pouvoir.  (Pensées sur la religion)

Il faut se connaître soi-même. Quand cela ne servirait pas à trouver le vrai cela au moins sert à régler sa vie, et il n'y a rien de plus juste.  (Pensées sur la religion)

Il ne faut pas moins de capacité pour aller jusqu'au néant que jusqu'au tout.  (Pensées sur la religion)

Nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais.  (Pensées sur la religion)

Comme la mode fait l'agrément aussi fait-elle la justice.  (Pensées sur la religion)

Deux choses instruisent l'homme de toute sa nature : l'instinct et l'expérience.  (Pensées)

Il n'est pas bon d'être trop libre.  (Pensées)

Les belles actions cachées sont les plus estimables.  (Pensées)

L'extrême esprit est accusé de folie, comme l'extrême défaut... C'est sortir de l'humanité que de sortir du milieu.  (Pensées)

Les hommes se gouvernent plus par caprice que par raison.  (Pensées)

C'est une maladie naturelle à l'homme de croire qu'il possède la vérité.  (Pensées)

La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement et c'est pourtant la plus grande de nos misères.  (Pensées)

La force est la reine du monde et non pas l'opinion, mais l'opinion est celle qui use de la force.  (Pensées)

Notre raison est toujours déçue par l'inconstance des apparences.  (Pensées)

La raison nous commande bien plus impérieusement qu'un maître ; car en désobéissant à l'un on est malheureux, et en désobéissant à l'autre on est sot.  (Pensées)

Le temps et mon humeur ont peu de liaison ; j'ai mes brouillards et mon beau temps au-dedans de moi.  (Pensées)

Le plaisir des grands est de pouvoir faire des heureux.  (Pensées)

Douter de Dieu, c'est y croire.  (Pensées)

Dieu. Les uns craignent de le perdre, les autres craignent de le trouver.  (Pensées)

L'éloquence est une peinture de la pensée ; ceux qui après avoir peint, ajoutent encore, font un tableau au lieu d'un portrait.  (Discours sur les passions de l'amour)

L'homme qui n'aime que soi ne hait rien tant que d'être seul.  (Pensées)

L'amour n'a point d'âge : il est toujours naissant.  (Discours sur les passions de l'amour)

Quand on aime, il semble que l'on ait une toute autre âme que quand on n'aime pas !  (Pensées)

L'homme est né pour le plaisir : il le sent, il n'en faut point d'autre preuve.  (Discours sur les passions de l'amour)

On aime mieux la chasse que la prise.  (Pensées)

S'ils sont plus grands que nous... ils ont les pieds aussi bas que les nôtres.  (Pensées)

Dieu est une sphère infinie, dont le centre est partout et la circonférence nulle part.  (Pensées)

La violence et la vérité ne peuvent rien l'une sur l'autre.  (Pensées)

L'homme est un roseau, le plus faible de la nature, mais c'est un roseau pensant.  (Pensées)

Quelques auteurs :
- Hazrat Ali
- Charles Baudelaire
- Paul Claudel
- Charles de Gaulle
- André Gide
- Horace
- Sören Kierkegaard
- Lamartine
- Montesquieu
- Marcel Proust
- Rousseau
- Jean-Paul Sartre
- Tacite
- Paul Valéry

- Bernard Willems
Tous les auteurs

Quelques thèmes :
- Ambition
- Amour
- Coeur
- Justice
- Raison

Tous les thèmes

Liens externes :
- Wikipédia
- Agora
- A la lettre

     
     
 

Liste des THEMES | Liste des AUTEURS | Accueil d'HORAZ

 
 

 
     

  .

 Contact

 |  © Horaz.com  |
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de nous permettre d’améliorer votre expérience utilisateur. En savoir plus OK